« L’Eglise, La Politique et Moi »: Louis Vlavonou, pris au piège d’un plagiat livresque !

0 82

Un an après son ascension politique, Louis Vlavonou, a, du haut du perchoir de l’Assemblée Nationale décidé de parler de lui aux Béninois. Le volume I de son récit autobiographique est intitulé: « L’Eglise, La Politique et Moi ».  C’est ici que naît la polémique qui finira par noircir la belle entreprise d’écriture et de publication de livre dans laquelle s’est engagé Louis Vlavonou. Lui, qui d’ailleurs emboîte les pas à ses prédécesseurs dans la fonction de Président de l’Assemblée Nationale tels que Amoussou Bruno et Adrien Houngbédji.

En effet, la trop forte similitude entre le titre de l’ouvrage de Louis Vlavonou et celui d’un ouvrage de Bruno Amoussou est un constat qui nourrit la réflexion. Tenez ! Le 4 janvier  2012, l’ancien Président de l’Assemblée Nationale Bruno Amoussou aujourd’hui président du parti UP avait publié un ouvrage de 220 pages dont le titre est : « La Banque, La Politique Et Moi ». Il s’agit d’un essai autobiographique écrit dans un style assez original depuis la construction du titre au contenu de l’ouvrage passant par la logique de juxtaposition des épisodes de vie. Cet ouvrage du président Bruno Amoussou a été accueilli avec succès sur le marché des œuvres littéraires. Les sachants de la chose livresque n’avaient pas caché leur admiration par rapport à l’œuvre. Mais huit (8) ans plus tard, Bruno Amoussou ne s’attendait sans doute pas qu’un de ses jeunes successeurs dans la fonction de Président du parlement lui emboîte le pas. Mieux, il ne pouvait imaginer que ce successeur reprendrait à son compte, presque mot pour mot, virgule par virgule, le titre de son ouvrage autobiographique. Mais Bruno Amoussou n’avait sans doute pas aussi prévu que ce jeune successeur qui s’essaie à l’écriture serait au moment de la publication de son ouvrage membre du parti politique qu’il dirige. Tout porte à croire que le président de l’Assemblée Nationale Louis Vlavonou est tombé totalement sous l’influence de son prédécesseur Bruno Amoussou au point de reprendre intégralement le style de construction du titre de son ouvrage. En intitulant son livre  »L’Eglise, La Politique Et Moi », Louis Vlavonou semble tombé dans le piège de  »c’est du déjà vu ». Ce qui n’est pas loin d’un plagiat qui n’honore guère sa personne.

Le titre, c’est la vitrine d’un ouvrage. Il est la porte d’entrée vers la découverte des idées agencées au fond du livre. Alors, si le titre est confus, mal construit, pas assez original et donne l’impression d’être du copier-coller, il déteint sur la qualité de l’œuvre littéraire. Un ouvrage qui donne l’impression d’être le fruit du plagiat déjà à la lecture de son titre n’accroche plus personne.  Pire, si le lecteur se rend compte que le titre d’un ouvrage n’est que le fruit du  »je copie un titre d’un ouvrage qui existe déjà et je modifie juste les mots », il ne perdra pas son temps à chercher à aller à la rencontre de l’auteur. Celui-ci aura ainsi échoué, car un récit autobiographique est un rendez-vous qu’un auteur donne aux lecteurs pour  se faire découvrir. Et l’auteur Louis Vlavonou est apparemment tombé dans ce piège avec le volume I de son récit autobiographique « L’Eglise, La Politique et Moi ».

Banniere carrée

Dans le cas d’espèce, les lecteurs ont eu l’impression qu’il s’agit d’un emprunt de titre de l’ouvrage de Bruno Amoussou :  »La Banque, La Politique et Moi ».  Le plagiat dans le monde scientifique et littéraire est sanctionné. Il enfreint au code éthique des corps d’élite. On se souvient que l’année dernière, le Cames a rétrogradé et prononcé des sanctions à l’encontre de certains illustres professeurs d’université en raison des faits de plagiat. Ces faits vont du vol d’idées à la reproduction intégrale d’une œuvre d’esprit. Même si le premier auteur Bruno Amoussou qui ici est en droit de se plaindre pour avoir été plagié s’abstient de le faire étant le Président du parti UP auquel appartient Louis Vlavonou, l’ouvrage  »L’Église, La Politique Et Moi » risque de n’avoir aucun succès. Déjà objet de polémique avec des soupçons de plagiat, le livre serait au-delà du titre, du  »je copie et je modifie » dans son contenu, font savoir certains écrivains chevronnés. Au vu de ces critiques, l’auteur Louis Vlavonou se doit de prendre en compte ces notes de lectures pour mieux entrer avec honneur dans ce monde des littéraires où l’originalité est le principe qui gouverne chaque publication.

 

Eudoxie Aklanty

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!