Colloque international de la Zlecaf à l’Université d’Abomey-Calavi : un cadre unique pour discuter autour de l’émergence du panafricanisme économique en Afrique

0 492

📍 Les travaux de 2 jours d’échanges et de réflexion entre experts, enseignants et étudiants lancés

L’amphithéâtre Idriss Deby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi abrite depuis ce jeudi un colloque international. C’est une initiative de l’observatoire de la Francophonie économique (OFE), la chaire en gouvernance et droit du commerce international de l’Université de Montréal et l’UAC. L’ouverture des travaux s’est déroulée en présence des enseignants, des chercheurs et des étudiants issus du continent africain et de l’Université d’Abomey-Calavi de manière particulière.

Le colloque international de l’Université d’Abomey-Calavi et celui de Montréal porte sur le thème «La Zlecaf : renforcer les capacités et partager les connaissances pour un développement économique inclusif et durable. Pendant 48 heures, les experts vont échanger sur les sujets liés au nouveau régionalisme économique africain». Il sera question également d’apprécier les effets économiques de cette nouvelle dynamique et les perspectives qu’il urge de retenir.En prenant la parole lors du lancement officiel, Nelly Carine Kelomè Vice-Recteur chargé de la Coopération Interuniversitaire de l’UAC a insisté sur le caractère particulier et enrichissant des différentes thématiques qui feront objet des échanges entre les participants. Ces thématiques permettront de faire un état des lieux et de proposer des solutions pour une zone économique plus dynamique et profitable à tous. «La FADESP nous rassemble à nouveau autour d’un thème crucial. Ce colloque international aidera d’abord à éclairer sur les conditions d’émergence du panafricanisme économique. Les panélistes tenteront de nous donner les moyens de comprendre les mécanismes de fonctionnement du nouveau régionalisme économique africain, d’en ressortir les effets socio-économiques, d’identifier les difficultés pour sa mise en œuvre et de dégager les solutions pour l’avenir. Les thématiques ci-dessus, s’inscriront dans une approche pluridisciplinaire, elles devraient permettre une bonne compréhension du contexte du renouveau du régionalisme africain, du règlement des différends économiques qui en résulteront ainsi que de ses impacts socio-économiques, environnementaux et culturels », dira-t-elle.

Banniere carrée

Ce colloque s’inscrit également dans une approche de partage d’expériences, de fédération des énergies entre la Faculté de droit de l’UAC et l’Université de Montréal. Il s’agira aussi de proposer des approches qui permettront aux pays de trouver des solutions efficaces aux problèmes liés à leurs économies. «Le présent colloque vise à dissiper les malentendus en ce qui concerne le modèle d’intégration économique choisi et la vision qui lui est attachée. Pendant deux (02) jours que dureront les travaux de ce colloque, je ne doute pas de vos capacités intellectuelles avérées sur la Zlecaf à travers la transformation structurelle de nos économies respectives et l’apport des solutions idoines aux chocs structurels et conjoncturels», a souligné le professeur Phillipe Lalayè représentant de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

En acceptant d’organiser ce colloque international avec l’Université d’Abomey-Calavi, l’Université de Montréal est dans une dynamique d’apprentissage, de partage d’expériences et de collaboration pour des recherches scientifiques plus accrues. «C’est en partageant les connaissances, en fédérant les énergies et en tissant des liens entre les acteurs du monde universitaire, du milieu politique, du secteur privé, que nous renforceront nos connaissances des enjeux clés qui nous réunissent au sein des espaces francophones, qu’il soit politique, économique ou culturel», a mentionné dans son intervention Valérie Amiraux, Vice-rectrice aux partenariats communautaires et internationaux de l’université de Montréal du Canada. «Grâce à la richesse des contributions que vous apporterez au cours de ces deux (02) jours sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), je n’ai aucun doute que nous participerons à enrichir collectivement les débats et à mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement du nouveau régionalisme africain», a-t-elle ajouté pour conclure.

Le colloque international sur la Zlecaf qui prend vendredi permettra aux participants d’aborder six (06) autres axes, toujours relatifs au thème général retenu. La conférence inaugurale qui a fait suite à la cérémonie de lancement a été animée par le professeur Victor Tokpanou et d’autres experts venus d’ailleurs.

Ulrich ZINSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!