Construction du QCC de Cotonou : une vision de développement d’une économie créative

0 193

Dans le cadre de la poursuite de la transformation structurelle de son économie, le gouvernement accentue et accélère les investissements qui concourent à faire du Bénin, un hub culturel et touristique de référence en Afrique. La création du « Quartier culturel et créatif » (QCC) de Cotonou s’inscrit dans cette perspective et consiste à mettre un coup de projecteur sur la scène artistique contemporaine africaine en positionnant Cotonou en ville créative, centre névralgique d’une économie de la création incontournable sur la carte du circuit artistique international.
Dans la perspective d’une requalification du tissu urbain et de l’offre culturelle et touristique de Cotonou, il s’agit de mettre en place d’un écosystème de création et de services artistiques dans la zone de la friche industrielle et ferroviaire de l’OCBN (Organisation Commune Bénin Niger)

Une structuration de pôles d’activités artistiques, culturelles et touristiques

Le Quartier Culturel et Créatif de Cotonou est pensé comme un cluster autour de l’économie culturelle. Sa structuration intègre une logique de synergie spatiale et fonctionnelle alliant des espaces de créations artistiques, de rencontres et d’échanges entre les acteurs du monde de l’art et les publics, de diffusion et de consommation culturelle. Cette grappe d’activités créatives et marchandes offre ainsi un parcours d’interconnexion entre des pôles pluridisciplinaires délimités sous forme d’ilots thématiques.
Le QCC de Cotonou constitue un point de convergence d’espaces dédiés à l’innovation, à la création, à la diffusion, à la consommation culturelle, à la commercialisation d’œuvres culturelles et artistiques.
Avec ce statut de lieu de création et de diffusion culturelle du QCC, le modèle d’aménagement intègre des perspectives d’un environnement attractif et animé, propice à la déambulation, à une promenade pour les balades à pied, en vélo notamment pour les publics familles, touristes, etc. En dehors des activités culturelles, festives et commerciales, la préservation de l’identité de l’architecture distinctive et historique de la friche industrielle va accroître l’attractivité touristique du site. Il s’agit en somme s’agit d’une mégapole d’économie créative, d’espaces de travail collaboratif et d’incubateurs de start up dans le domaine des ICC.

Une interconnexion entre des équipements structurants

Les unités fonctionnelles intègrent des espaces de création et de production (le village artisanal, les ateliers résidences d’artistes…), des zones dédiées à diverses activités économiques en lien avec les industries culturelles et créatives (les districts de galeries d’art, le pôle boutiques, le « food court », les restaurants, studios de production, incubateurs de start-up culturelles, bureaux et espaces de coworking) et des espaces de sports et de loisirs.
Dans les détails, le QCC de Cotonou sera composé du Musée d’Art Contemporain de Cotonou (MACC), de l’institut franco-béninois, la Villa, l’Aréna de Cotonou, le District des Galeries d’art contemporain, le pôle loisirs et divertissement, etc.

Le centre international pluridisciplinaire de développement des arts

Banniere carrée

Il s’agit de doter le Bénin d’un centre de référence international structurant de création, de production et de diffusion des arts. Ce centre disposant d’un label qualité constituera un gage de notoriété et de rayonnement avec des équipements répondant aux normes et standards professionnels (acoustique, son, lumière, technique). Il constituera un véritable outil de rayonnement international du Bénin.

Le centre développera des actions de formation et de renforcement des capacités ainsi que des systèmes d’incubation et de suivi-accompagnement de la mise en place de projets culturels.

Un équipement d’incubation dans le secteur des arts et de la culture

Le centre mènera des actions de promotion des industries culturelles et créatives à travers l’entrepreneuriat culturel et des dispositifs d’incubation et d’aide à la médiation culturelle. Le modèle institutionnel permettra l’éclosion d’une économie créative et d’une économie du savoir dans une démarche de création, d’innovation et d’incubation et de résidence.

Des domaines d’activités du centre

Le centre prendra en compte les domaines des arts visuels (dessins, peinture, sculpture, modelage, photographie, design, installations, performances, art vidéo, art numérique, mode) et des arts scéniques (théâtre, musique, danse, humour, opéra, contes et arts oratoires).
Les transversalités, quant à elles, prendront en compte les métiers de l’exploitation (direction de salle de spectacles, conduite de programmation, médiation vers les publics) et de la technique (concepteur de décors et de costumes, techniciens décorateurs, costumiers, habilleurs, scénographes, régisseurs son, lumière, plateau, numérique, général, directeur technique, responsable des bâtiments et de la sécurité).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!