Élections législatives et régionales au Togo : pour avoir fixé la caution à hauteur de 500.000 FCFA par candidat, l’opposition tire les poils des narines de Faure Gnansingbé et son gouvernement

0 720

Les élections législatives et régionales s’annoncent électriques au Togo. Le processus connaît déjà depuis plusieurs jours des soubresauts en raison de plusieurs irrégularités soulevées régulièrement par les candidats et partis de l’opposition. Cette fois-ci, c’est l’opposant Paul Dodji Apévon du parti Forces Démocratiques pour la République (FDR) qui est monté au créneau pour dénoncer la nouvelle caution créée tous azimuts par le régime de Lomé dirigé d’une main de fer par le président Faure Gnansingbé.

Autrefois 200.000 F, les candidats doivent désormais débourser 500.000F CFA pour prendre part aux élections législatives. Réunis ce dimanche 11 février 2024 avec les militants de son parti en Assemblée fédérale de Golfe 4 dans l’enceinte de l’école Amesika à Tokoin séminaire, Paul Dodji Apévon a indiqué que c’est une stratégie du régime de Faure Gnassingbé pour empêcher les candidats de l’opposition à prendre part à ce scrutin.

Il y a quelques semaines seulement, nous nous étions préparés en nous basant sur l’ancien montant de 200.000 Fcfa, et maintenant, on nous donne à peine trois semaines pour mobiliser la somme exigée, jusqu’à 500.000 Fcfa. Soit une augmentation de 150% de façon unilatérale sans aucun fondement de la part du régime. Néanmoins, nous allons nous débrouiller”, se défend t-il.

Banniere carrée

Mieux, ce lundi 12 février 2024 sur Radio Victoire, le Secrétaire National du parti Kohan K. Binafame a dénoncé aussi cette attitude d’écartement de la part du gouvernement et ces règles qui changent au cours du jeu. Selon lui, le gouvernement aurait pu associer les forces de l’opposition avant la prise de cette décision qui ne vise qu’à exclure. «Dans un pays normal, il aurait fallu que ces gens fassent appel à l’opposition. Qu’on puisse s’asseoir, qu’on réfléchisse pour dire comment on les répartit, pour essayer de juguler et de corriger un peu les inégalités. Mais ils ne le font pas. Ils ont décidé par eux-mêmes, ce que nous avons dénoncé comme inégalités [Ndrl] », a lancé le Secrétaire National des FDR qui ajoute que cette décision n’est pas étrange. «Moi je ne suis pas surpris. Ils croient qu’ils nous empêcheraient d’aller aux élections en montant le taux de la caution de 200.000F à 500.000 F parce qu’ils savent effectivement que les gens vivent dans la pauvreté. Nous sommes fatigués, nous sommes dans des difficultés particulières, croyant que si on monte la caution à 500.000F, on aura des difficultés parce qu’eux ils ont les moyens. Le chef de l’État peut décider de donner cet argent à tous les candidats unis parce qu’ils ont les moyens d’État», a déclaré sur le média Kohan K. Binafame.

Il faut préciser que les 500.000F selon le code électoral Togolais seront remboursés après le scrutin à la condition unique que la liste obtienne au minimum 5% des suffrages.

Ulrich ZINSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!