Médecins Sans Frontières : face aux journalistes, l’organisation médicale humanitaire expose ses actions au profit des populations béninoises

0 668

L’organisation médicale humanitaire internationale Médecins Sans Frontières (MSF) a fait son come-back au Bénin depuis fin 2021. Près de 10 ans après son départ volontaire pour des besoins de réorganisation interne, l’ONG s’est de nouveau installée pour donner avec efficacité des soins aux populations béninoises. C’est autour des résultats déjà obtenus deux ans après notamment que le bureau de Cotonou a initié un café médias. Cette séance d’information et de prise de contact s’est déroulée à Cotonou ce vendredi 23 février 2024.

La cheffe Mission MSF Bénin et le médecin coordonnateur

Les populations béninoises touchées par les conflits armés, les épidémies, les catastrophes naturelles et dans les situations d’exclusion de soins bénéficient pleinement du soutien médical de Médecins Sans Frontières (MSF) Bénin. De 1995 à 2007 dès son premier passage et depuis son retour fin 2021, MSF a démontré tout son engagement auprès des couches défavorisées.

Cet engagement couvre notamment les réponses aux besoins sanitaires des femmes, des enfants et aussi le soutien aux autorités face aux urgences. Face aux médias, Médecins Sans Frontières MSF Bénin a confié que depuis son retour fin 2021, elle mène des actions dans les communes du Couffo, dans l’Atacora et dans d’autres localités du territoire national. Il était important de mettre de la lumière sur ces initiatives qui touchent des milliers de personnes.

«Pour nous, comme on est arrivé, il n’y a pas longtemps que ça, on est revenu ici au pays en 2021. Il était important pour nous de se présenter, de faire savoir qui on est et pour que les journalistes soient à même d’informer, d’engager et de mobiliser les populations béninoises qui sont nos principaux bénéficiaires autour de nos actions», a lancé la Cheffe de mission MSF Bénin, Christine Januel.

À partir de cette séance d’information, les médias deviennent ainsi des ambassadeurs pour la vulgarisation des actions de MSF Bénin. Christine Januel espère que ces professionnels des médias «soient les oreilles et les yeux et qu’ils soient un relais pour visibiliser nos actions, mais aussi pour que la population béninoise soit à même de mieux connaître les activités que MSF fait dans le couffo et l’Atacora», a-t-elle ajouté.

Les journalistes lors du café

2 projets en cours d’exécution dans le Couffo et dans l’Atacora

Banniere carrée

De retour au Bénin depuis fin 2021, MSF s’active à apporter les soins médicaux adéquats aux populations. Dans ce cadre, les départements du Couffo et de l’Atacora bénéficient de plusieurs actions déjà pour le bonheur des populations. «MSF est connue comme étant une organisation internationale humanitaire qui intervient auprès des populations les plus vulnérables qui sont dans les besoins des soins de santé. Donc le choix que nous avons porté pour intervenir au Bénin est basé sur ces critères et c’est ce qui nous a permis d’aller vers les populations les plus vulnérables au niveau rural notamment dans le Couffo et aussi au centre de santé de Dassari dans la zone sanitaire de Tanguiéta, Matéri, Cobly» justifiera Dr. David Kidinda, Médecin Coordonnateur MSF Bénin.

Photo de famille

Par ailleurs, d’après les explications de l’équipe, « dans le département du Couffo MSF est présent pour renforcer la santé maternelle et néonatale, car les taux de mortalité maternelle et néonatale au Bénin sont élevés (respectivement 397/100. 000 et 30 décès pour 1000 naissances ».

Comme résultats, l’organisation a « amélioré les plateaux techniques, renforcé la disponibilité en produits de santé et l’approvisionnement en eau, renforcé les conditions d’hygiène dans les infrastructures de santé appuyées ; augmenté la qualité et la quantité des ressources humaines. Ces appuis ont permis d’augmenter le taux de fréquentation des services de santé qui était de seulement 38% en 2020 ».

Dans l’Atacora les initiatives touchent plus la lutte contre le paludisme. L’objectif de MSF dans ce département est de réduire les décès liés au paludisme avec un taux de prévalence de 50% contre 30% au niveau national. L’organisation prend en charge les cas de paludisme simples et graves des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes.

Les autorités sanitaires sont aussi appuyées pour faire face aux situations d’urgences sanitaires et humanitaires liées aux conflits, épidémies et catastrophes naturelles.

MSF s’est engagé de nouveau lors de ce café à aider les autorités face aux accidents de transports, les divers incendies, etc. À tout cela, il faut ajouter les inondations, les déplacés internes et blessés de conflits.

Ulrich ZINSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!