Pollution et incivisme sur les zones côtières à Cotonou : Plage de Fidjrossè, dépotoir d’excréments humains, le tourisme en danger

0 681

Des toilettes à ciel ouvert. C’est le nom de substitution qu’il conviendrait de donner à la plage de Fidjrossè à Cotonou par ces temps qui courent. Et pour cause, des pratiques indécentes relevant de l’incivisme d’une certaine population sont remarquables de jour comme de nuit sur cette zone côtière.

Pour les sportifs habitués, la plage de Fidjrossè est devenue le lieu privilégié choisi par certains habitants pour faire leurs besoins. Le réflexe de ces derniers est de descendre pantalons, culottes, pagnes et slips pour déféquer allègrement sur divers endroits. « Le long de la plage, on les rencontre au cours de notre sport matinal ou en soirée », fait savoir un sportif habitué de la plage très remonté contre cette pratique peu civique.

Les excréments humains jalonnent ainsi la plage de Fidjrossè, zone pourtant choisie ces dernières années par le gouvernement béninois pour réaliser de vastes projets. Des efforts considérables sont en effet consentis pour revitaliser les zones côtières.

Banniere carrée

La plage de Fidjrossè est un exemple des lourds investissements. L’objectif du gouvernement est d’en faire une destination prisée en matière de tourisme. Si l’élan gouvernemental permet, peu à peu de concrétiser la vision qui est de faire du Bénin un hub touristique, les populations qui deviennent championnes des actes d’incivisme compromettent la dynamique en cours.

Polluer la plage de Fidjrossè en le transformant en toilettes à ciel ouvert abimé de facto l’éclat touristique de la zone. Déjà, les odeurs repoussent tout venant. Les touristes et surtout les expatriés qui sont attirés par la beauté pittoresque de la plage en perdent le goût de s’y rendre à cause des scènes d’incivilités. Si les autorités au plus haut niveau de l’État restent passives, l’incivisme va étendre ses racines et la plage de Fidjrossè perdra de tout son attrait avec des effets négatifs sur l’objectif de développement durable du secteur touristique au Bénin. Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable et tous les services connexes savent désormais quoi faire avec cette information. L’image du pays est en jeu.

Brivaël Klokpê Sogbovi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!