Bureau de l’Assemblée Nationale Togolaise : On prend les mêmes et on recommence

0 1 539

Depuis des décennies, le paysage politique togolais est dominé par un seul parti, dont l’hégémonie semble inébranlable, le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) devenu Union pour la République (UNIR). Pour beaucoup, la politique au Togo peut être comparée à un gâteau que ce parti unique se partage sans partage, laissant peu ou pas de miettes pour le reste de la classe politique de l’opposition qui semble être aussi sous la botte de Faure Gnassingbé. Cette métaphore illustre non seulement la concentration du pouvoir, mais aussi la répartition inégale des ressources et des opportunités. Suite aux dernières élections législatives du 29 avril 2024 au Togo, qui ont été marquées par des controverses et des allégations de fraudes massives, le pays accueille ce 14 juin 2024 un nouveau président à la tête de son institution qu’est l’Assemblée nationale. Sans grande surprise, Kodjo Adedze qui a été le seul candidat à se présenter à l’élection au poste de président de l’assemblée nationale est soutenu par une large majorité des députés de la coalition au pouvoir. Il avait été même pressenti pour remplacer Faure Gnassingbé à la présidence de la République selon plusieurs de ses proches.
Rappelons qu’il a occupé respectivement comme le seul cadre Togolais, les postes d’inspecteur des douanes, de Directeur des études et de la législation douanière, de Directeur général des douanes. A la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR), il est nommé Commissaire des douanes et droits indirects. A la suite du départ du Rwandais, Henri Gaperi en 2014, Adedze a pris les rênes de l’OTR en occupant le poste de Commissaire Général de l’institution. Poste qu’il occupait jusqu’à son entrée au gouvernement en janvier 2019 au portefeuille du Commerce, de l’industrie, et de la consommation locale. Ensuite, il changera de portefeuille le 8 septembre 2023 en devenant le ministre d’Etat, puis ministre de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Réforme foncière.
Kodjo Adedze est également vice-président de la Région maritime pour l’Union pour la République (UNIR), le parti majoritaire qui dispose de 108 sièges sur les 113 que compte le parlement togolais. Il est considéré comme l’une des figures influentes du parti UNIR. Ces dernières années son image au sein de l’opinion nationale est écorchée par les multiples plaintes qu’il a initié contre les journalistes de son pays. La dernière en date concerne une affaire dite « des 400 millions » qui auraient été dérobés à son domicile privé. Une affaire qui devait faire l’objet d’une enquête approfondie par le gouvernement qui ne semble en aucun cas s’en préoccuper. Sans être inquiété, c’est ADEDZE qui se constitue encore en victime pour poursuivre les journalistes. Le Togo semble ainsi être un pays exceptionnel où il suffit d’être du parti au pouvoir RPT- UNIR pour être couvert d’immunité et ne rien craindre. Kodjo Adedze vient d’être élu Président de l’Assemblée Nationale au grand dam du peuple togolais, renforçant la crise de confiance envers le gouvernement de Lomé et ses institutions.
En résumé, l’élection peu fiable, qui semble être qu’une nomination anarchique du nouveau président de l’Assemblée nationale révèle de profondes frustrations des Togolais interrogés à Lomé et ses environs face à un système politique perçu comme injuste et déconnecté. La concentration du pouvoir et des richesses au Togo, est un système qui alimente les inégalités et sape la démocratie. Il est impératif de réformer ce système et de promouvoir une gouvernance transparente, équitable et participative. Le Togo se trouve à un carrefour, et les décisions prises aujourd’hui détermineront l’avenir démocratique et social du pays.

Banniere carrée

Lolonyo Komlavi A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!