Démantèlement d’un réseau de trafic humain : Des individus mettent en vente un adolescent à 25 millions de FCFA et se font arrêter par la police à Lokossa

0 7 055

À travers une opération policière menée au Bénin, un réseau de trafic humain visant un jeune adolescent togolais de moins de 18 ans a été démantelé. Les autorités policières ont très vite réagi suite à cette information à des fins de trafic d’organes.

L’histoire commence lorsque des trafiquants ont tenté de vendre l’adolescent pour ses organes après avoir promis de lui trouver un emploi au Bénin. Les possibilités de vente sont : vendre la victime en entièreté ou vendre certaines pièces, donc certains organes de cette dernière.

Dans les accords de cette transaction humaine, les « vautours », de véritables cannibales, ont exigé la somme de 30 millions de FCFA, selon des sources du web média le Potentiel. Les présumés acheteurs, dont un déguisé en « Aladji » a proposé 20 millions de FCFA pour la livraison complète de la victime.

D’après la triangulation du web média le Potentiel, les forces de police républicaines, informées de ce business inhumain, ont mis en place une stratégie de filature qui a permis de démanteler ce funeste réseau en interpellant le togolais qui a pris l’enfant et a traversé les frontières pour venir au Bénin, le courtier et une troisième personne.

Banniere carrée

L’arrestation s’est déroulée à Lokossa dans le département du Mono où les éléments de la police républicaine ont prêté mains fortes à leurs collègues de Dogbo qui ont la charge de cette enquête.

Les mêmes sources du Potentiel renseignent que deux personnes sont en fuite, dont une aurait proposé d’ôter la vie au jeune homme pour qu’il achète les organes.

Une enquête complémentaire est en cours pour démanteler les autres membres du réseau. Les présumés coupables sont placés en garde à vue et seront présentés au procureur dans les prochains jours pour répondre de leurs actes.

Une vigilance accrue des parents d’élèves doit être au rendez-vous, surtout pendant ces vacances où les jeunes sont souvent plus vulnérables aux prédateurs.

Kevin da-SILVA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!