Affaire du bateau échoué à Fidjrossè : La CRIET a expédié 18 personnes en prison hier

0 2 139

Le volet judiciaire de l’affaire du navire échoué à Fidjrossè prend un tournant décisif au Bénin. Ce lundi 8 juillet 2024, le parquet spécial de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) après avoir étudié et analysé les différents procès verbaux et écouté les mis en cause a ordonné la mise en détention provisoire des membres de l’équipage. En tout, quatre Nigérians et quatre autres personnes, dont des officiers militaires des forces Marine béninoise et un commissaire de police sont concernés.

Après leur audition par le procureur spécial de la CRIET, plusieurs chefs d’accusation pèsent sur les prévenus : abus de fonction, contrebande, pollution des eaux, navigation sans autorisation et trafic de produits pétroliers.

Banniere carrée

Lors d’une conférence de presse le 3 juillet 2024, le préfet maritime, Fernand Maxime Ahoyo, a annoncé la saisie de toute la cargaison de gasoil, estimée à près de 240 000 litres, transportée par le navire. Les vérifications effectuées auprès des autorités nigérianes ont révélé que les activités du navire étaient illégales et inconnues des services officiels. Selon le contre-amiral Ahoyo, le navire SPSL UDEME opérait en mode « obscur », signe d’activités illicites.

L’affaire est suivie de près par les autorités béninoises et nigérianes, avec des implications potentiellement vastes pour la lutte contre la contrebande et la pollution maritime dans la région. Le procès des mises en cause est prévu pour le 14 août 2024 devrait apporter plus de lumière sur les responsabilités et les implications de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!