Parakou/Cour suprême : Les raisons de l’éjection de Yaya

0 73

La Cour Suprême a invalidé l’un des sièges des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dans la commune. Le parti Fcbe n’a plus la majorité absolue et se contentera désormais de 16 conseillers au même titre que L’Union Progressiste et le Bloc républicain réunis. Le jeu s’annoncera très rude pour l’élection du nouveau maire et très futée sera la liste qui réussira à avoir un conseiller de l’autre camp.

Par ailleurs, le suppléant du conseiller dont le siège a été invalidé a été condamné par la justice. Le conseil communal se retrouve avec un conseiller en moins. La cour, conformément aux textes qui encadrent le contentieux électoral, ordonne sous quinzaine la reprise de l’élection du maire et des chefs d’arrondissements de Parakou.

Banniere carrée

Résumé des faits

Selon nos sources, il s’agit d’un candidat élu dans le 1er arrondissement de Parakou. Alors qu’il traine une condamnation définitive, il n’aurait pas dû être électeur et encore moins candidat. Au cours de l’examen de l’affaire à la Cour toutes les parties y compris la CENA sont présentes et l’accusé a déclaré n’avoir pas informé son parti politique. Le parti cité à comparaître l’a reconnu. La Cour a invalidé le siège des FCBE occupé par l’élu ABDOULAYE Traoré Ousmane et son suppléant Yesouffou Amadou en raison de l’inéligibilité du premier condamné par jugement ayant force de chose jugée pour les faits d’escroquerie (12 mois d’emprisonnement assorti de sursis et 200.000 F d’amende ferme). La Cour a invalidé le siège des FCBE et a ordonné au préfet du Borgou la reprise de l’élection du maire, ses adjoints et des CA dans la commune de Parakou sous quinzaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!