Présidentielle de 2026 : Talon change de ton sur le cas Olivier Boko

1 2 954

Le Président de la République, Patrice Talon veut coûte que coûte garder inviolable les frontières de la mouvance. Après le rejet de la proposition de loi portant révision de la constitution qui révèle aussi les contradictions au sein de la mouvance, Patrice Talon a tenu à aplanir les divergences. Ce lundi 4 mars 2024, les députés de la majorité parlementaire issus des partis Union Progressiste le renouveau (Up-r) et le Bloc républicain (Br) ont répondu à l’appel de leur leader. Patrice Talon, le chef de la mouvance a voulu échanger avec les siens. Pour la circonstance et au regard des buts poursuivis, la réunion a été élargie aux deux présidents des partis Up-r et Br. Joseph Djogbénou et Abdoulaye Bio Tchané étaient donc présents.

Cerise sur le gâteau, Olivier Boko était aussi présent à la rencontre. Alors qu’il a été désigné comme celui qui a alimenté la rébellion au sein des députés de la mouvance pour le vote négatif sur la recevabilité de la loi portant révision constitutionnelle, Olivier Boko n’a pas été exclu. Visiblement, la valeur de l’amitié a pris le dessus sur les ressentis de Patrice Talon. C’était donc la grande rencontre entre le  »chef de famille » et ses  »enfants ». Selon nos sources, Patrice Talon est venu dans une posture d’apaisement et de réconciliation. Pas question de laisser les contradictions pourrir la cohésion au sein de la mouvance.

Nos sources informent qu’il n’a tenu aucune rancune aux députés de la mouvance qui ont voté contre la recevabilité de la loi portant révision constitutionnelle. Des échanges par moment détendus et pleins d’humour ont même été notés entre le Président Patrice Talon et les députés dissidents. La rencontre a été aussi mise à profit par le patron de la mouvance pour réaffirmer une position de principe. Selon nos sources, Patrice Talon est resté ferme sur la nécessité de préserver l’esprit de la réforme du système partisan. Aucun candidat à l’élection présidentielle ne devrait venir de nulle part si ce n’est au sein des partis politiques. Le débat de la désignation des candidats devra se mener au sein des partis politiques et non sur d’autres espaces comme la rue, les médias et autres. À tort ou à raison, l’on prête des intentions à Olivier Boko pour sa candidature à l’élection présidentielle en 2026.

Olivier Boko est connu pour être l’ami sûr de vieille date de Patrice Talon. Devant les députés ce lundi, nos sources informent que Patrice Talon a insisté sur les liens forts qui le lient à Olivier Boko. « C’est un homme puissant (…) » aurait déclaré Patrice Talon en parlant de son ami Olivier Boko à qui il aurait confié la gestion des affaires politiques de plein gré. Talon et Boko seraient les deux faces d’une même pièce. Olivier Boko serait le bras financier de Patrice Talon qui l’a habilité à être l’interface directe des partis politiques de la mouvance.

Banniere carrée

La générosité financière et les soutiens dont bénéficient les acteurs politiques auprès de Olivier Boko seraient l’œuvre de Patrice Talon. « Le président a dit que c’est lui qui instruit et met à disposition de Olivier Boko les moyens à cette fin », précise un député présent à la rencontre qui a requis l’anonymat. Patrice Talon aurait aussi fait savoir à ses invités qu’il n’a jamais été question de donner des marchés à son ami Olivier Boko. À l’abri du besoin, le président aurait clairement fixé le principe avec son ami Olivier Boko (lui aussi à l’abri du besoin) de ne pas viser les marchés. Cette précision était importante dans un contexte où certains mécontentements s’appuyaient sur le fait que les deux amis avaient mis le grappin sur les marchés alors que d’autres soutiens du régime en ont besoin. Sauf que le Président Patrice Talon est déçu du tintamarre médiatique et des suscitations de candidature au profit de Olivier Boko.

Nos sources précisent que Patrice Talon a dit être surpris de découvrir les ambitions présidentielles de son ami Olivier Boko sur les médias. Or, la réforme du système partisan a été opérée avec Olivier Boko censé être le premier à savoir que le débat sur les candidats à l’élection présidentielle doit se faire au sein des partis politiques. Selon les propos rapportés par nos sources, Patrice Talon a changé de ton quant à la candidature de son ami Olivier Boko. Le ton radical jusqu’ici utilisé pour exclure toute possibilité de candidature de son ami Olivier Boko devient de plus en plus flexible.

Le Président de la République serait allé jusqu’à dire qu’il serait favorable à accompagner la candidature de son ami Olivier Boko si le débat se mène au sein des partis politiques et qu’il réussissait à emporter la confiance desdits partis. Les nuages se dissipent peu à peu autour de la gestion de la succession de Patrice Talon.

Le président tiendra d’ailleurs une nouvelle séance d’échanges avec les députés de la mouvance ce mercredi. On peut bien s’imaginer que le chef de la mouvance cherche par tous les moyens à maintenir intact le bloc de la majorité parlementaire et après extension à éviter les fissures au sein de son camp.

Brivaël Klokpê Sogbovi

1 commentaire
  1. Gilles GOHY dit

    EXCELLENT ARTICLE !!!

    CE MONSIEUR ÉCRIT VRAIMENT TRÈS BIEN !

    C’EST UNE TRÈS TRÈS BELLE PLUME !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!