Armand Affossogbé au sujet du nouveau Code électoral : « Les jours sont comptés pour les petits partis politiques »

0 722

La modification du Code électoral fait l’actualité politique au Bénin ces derniers jours. Les nouveautés des dispositions modifiées ont durci les conditions d’éligibilité aux élections présidentielles et de levée de siège aux législatives. Si pour certains ce code modifié va exclure, pour d’autres, il n’épargne aucun parti politique. Les avis sont ainsi partagés. Désormais, la compétition sera plus dure sur toute l’étendue du territoire national donnant plus de légitimité, de représentativité aux partis politiques. À travers une interview réalisée par le groupe de presse Le potentiel, Armand Affossogbé a passé au peigne fin cette actualité afin de donner son point de vue sur quelques questions.

Le Potentiel : Présentez-vous svp ?

Armand AFFOSSOGBE : Je suis AFFOSSOGBE M. Armand, membre du bureau politique du Bloc républicain, leader de la 23e circonscription électorale. 

Quelle appréciation faites-vous des modifications apportées au Code électoral ?

Le Bénin n’agit pas sans un préalable. Nous avons expérimenté le multipartisme intégral qui aujourd’hui a trouvé ses limites, et c’est dans ce sens qu’à l’avènement du président du Patrice Talon il a instauré la réforme du système partisan. Le Bénin s’est doté d’une ligne pour ressembler aux plus grandes démocraties au monde. L’animation de la vie politique est constitutionnelle et l’État béninois peut aider les partis politiques à animer la vie politique. Le sens de la réforme du système partisan c’est le regroupement des grands partis à caractère national. Seuls les partis satellitaires peuvent parler d’exclusion. 

Avec ce nouveau Code électoral, quel  est le sort des ‘’petits partis politiques ‘’?

Banniere carrée

Ce n’est pas une obligation pour ces partis politiques de s’associer aux grands ensembles. S’ils respectent les principes, les critères du Code électoral, s’ils respectent les critères du seuil de 10%, la représentativité des 20%, ils sont représentatifs. Le Code n’est pas adressé à un parti. Si un parti ne respecte pas ces principes, si un parti ne respecte pas les dispositions, c’est un parti ‘’satellitaire’’, un parti qui n’existe pas. Les jours sont comptés pour les petits partis politiques. 

Comme quoi on peut retrouver par exemple 4 partis politiques à l’Assemblée nationale ?

C’est même trop… Pourquoi pas ne pas retrouver deux partis comme les États-Unis, les démocrates et les républicains. Le but c’est ça. Nous sommes un petit pays pour avoir 200 à 300 partis politiques, des partis politiques qui ne sont jamais allés aux élections. C’est pour recarder tout ça, les inciter à se mettre ensemble avec les grands que ce Code électoral est voté. Un Code électoral voté de façon consensuelle. Ce que les gens ne disent pas, ce que les opposants ne disent pas, c’est qu’ils ont participé dans la commission des lois avant que les débats ne reviennent à la plénière. Ce sont eux qui ont fait des amendements des 50 millions qui doivent devenir 25 millions ; ce sont eux qui ont fait la proposition que les maires et députés de maintenant doivent prochainement parrainer… Et pourquoi a-t-on quitté le parlement et ils ont commencé à parler d’exclusion ? Le code n’est pas destiné à un seul ou un groupe de parti politique, il suffit de respecter les critères pour en bénéficier. 

Plus que jamais, les partis politiques sont renforcés ? 

C’est exactement ça. Ce Code électoral permettra aux partis politiques de plus mouiller le maillot, de travailler encore plus sur le terrain. Je ne sais pas si demain le BR par exemple va respecter ces conditions. Il faut que les Béninois accompagnent les actions du Chef de l’État pour que le Bénin soit un exemple sur le continent et au-delà.

Réalisation : Kevin da-SILVA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!