Réforme du système partisan au Bénin : L’ONG Droits de l’Homme, Paix et Développement (DHPD) fait l’état des lieux et des recommandations pour parfaire la gouvernance

0 539

Le vendredi 14 juin 2024, l’ONG Droits de l’Homme, Paix et Développement (DHPD) a organisé un atelier de validation du rapport d’étude sur la mise en œuvre de la réforme du système partisan au Bénin. Cette activité a rassemblé des acteurs politiques, des membres de la société civile, des médias et d’autres parties prenantes, dans le but de scruter minutieusement cette réforme en place depuis plusieurs années.

En lien avec son objectif de voir la démocratie se consolider, de renforcer l’état de droit et surtout maintenir la paix, L’ONG Droits de l’homme, paix et développement DHPD a organisé un atelier de réflexion. L’atelier, axé sur le thème « Réforme du système partisan au Bénin, de 2018 à 2023 : Mise en œuvre et impacts sur le développement et la paix », visait à : Faire l’état des lieux de la réforme du système partisan de 2018 à 2023, évaluer les lois relatives à la charte des partis politiques et au Code électoral, identifier les insuffisances de ces réformes.

Sous la direction de la présidente de l’ONG, Marie-Colombe Atacla, les participants ont mené des réflexions approfondies sur les réformes. Elle a souligné l’importance de relever les insuffisances et inquiétudes suscitées par ces réformes pour une évaluation objective et rigoureuse. Joël Tchogbe, secrétaire général de l’ONG, a insisté sur l’objectif de parvenir à « une paix qualitative et non une paix précaire ».

Banniere carrée

Les travaux ont permis d’amender le document produit par les experts et consultants. Neuf recommandations majeures ont été formulées : Désamorcer la tension sociale, sensibiliser les populations à la base, appliquer impartialement les textes électoraux, favoriser le dialogue inter-parti, améliorer la formation au militantisme, former davantage les citoyens sur les questions politiques, revisiter le nouveau code électoral pour éliminer les dispositions exclusives, organiser un dialogue inclusif entre les partis politiques, réformer le système partisan en tenant compte des imperfections, recommandations aux Autorités.

Les participants ont également proposé des recommandations aux autorités pour améliorer les méthodes de gouvernance. Il s’agit de donner à la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) la prérogative d’apurer la liste des partis politiques après les élections, analyser le cadre législatif et œuvrer pour la stabilité de l’éthique politique, soutenir les partis politiques et les OSC dans l’application des textes électoraux, mentionner dans le rapport final de forts points faibles du financement public et privé des partis politiques, relever les forces et faiblesses de la charte des partis politiques et du Code électoral, analyser la question de la transhumance politique et des démissions qui affaiblissent les partis, insister sur l’importance du certificat de conformité et du quitus fiscal…

Le rapport de l’étude a été validé à l’unanimité, orientant désormais les attentes vers les autorités compétentes. Ce document est appelé à devenir un guide précieux pour améliorer les initiatives futures, visant à garantir un Bénin mieux gouverné et en paix.

Kevin da-SILVA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!