Département des Collines : Des militaires arrêtés et placés en garde à vue au commissariat pour vol de plusieurs objets dans une société dont ils assurent la sécurité

0 8 531

Incroyable mais vrai dans le département des collines. Deux (02) militaires ont été arrêtés et placés en garde à vue dans une affaire de vol à l’ex-Sucrerie de Complant du Bénin (SUCOBE) à Savè dans le département des collines.

Ils ont été arrêtés après avoir opéré dans la nuit de ce dimanche 30 juin au lundi 1ᵉʳ juillet 2024 apprend de sources exclusives du département Enquête et Investigation (DEI) du groupe de presse Le Potentiel.

En effet, les deux (02) militaires arrêtés en complicité avec deux (02) autres civils ont dérobé dans ce complexe situé à Atchakpa dans l’arrondissement de Ofè dans la commune de Savè plusieurs matériaux de transport et de construction jusqu’à ce jour délaissé au sein de l’unité.

Déployés dans la zone pour assurer la sécurité de la société dont les activités sont aux arrêts, ces hommes en uniforme ont décidé de vider l’ex SUCOBE de son contenu.

Au titre des objets dérobés par ces hommes en uniforme et les civils, il s’agit selon nos sources de plusieurs pneus, des unités de baguettes, des poulies, des dents, tourelles irrigation etc.

Banniere carrée

Désormais placés sous l’oxygène de la garde à vue au commissariat de Ofè dans l’arrondissement qui porte le même nom, ils répondront dans quelques jours devant le procureur pour des faits de vol et complicité de vol. Cet énième cas de vol en l’espace de trois semaines montre la déconfiture au sein des hommes en uniforme.

Car il y a 3 semaines, un sous-officier a été arrêté dans une affaire de disparition de toki woki dans un camp militaire. La semaine dernière, un autre a été déposé en prison pour un fait d’escroquerie et en attente d’être jugé.

Le 18 juin dernier aux environs de 1h 30mn, un militaire, en service au groupement des sapeurs-pompiers de djougou a arrêté un citoyen comme s’il était un policier et emporté la moto chez lui à la maison.

Le vol, l’abus de confiance, l’escroquerie sont non seulement réprimés par le code pénal, mais aussi et surtout par le règlement militaire. La hiérarchie militaire doit relancer une enquête de moralité dans le rang des soldats. À suivre.

Ulrich ZINSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!