Bénin/Communales 2020 : La CENA, promotrice n°1 d’irrégularités

1 60

À quand la fin des irrégularités à la CENA ? Si le processus électoral des législatives passées a été frappé de vives contestations, personne ne pouvait plus s’imaginer que l’institution électorale allait encore remettre ça, et faire constater de nouvelles irrégularités pouvant faire douter de la crédibilité des communales. En effet, à LALO par exemple, un citoyen déjà candidat aux élections a été encore retenu comme Assistant de coordonnateur d’arrondissement. MEDENOU Jean, puisque c’est de lui qu’il s’agit, candidat 2e titulaire sur la liste de l’UDBN dans l’arrondissement de TOHOU devient encore ACA pour coordonner les activités électorales à LALO CENTRE. Cette grave erreur prouve que l’institution électorale ne veille pas rigoureusement à l’application des textes électoraux aux fins de nous faire vivre une élection totalement transparente. Puisqu’elle est censée avoir les noms des candidats dans sa base de données tout comme ceux des postulants au recrutement des ACA. Au vu de ceci, on peut s’interroger sur le fait que TIANDO et ses collaborateurs ne feraient pas preuve de légèreté dans la survie du processus ? Cette réalité amère jette simplement du discrédit sur la CENA et ses commissaires.

Banniere carrée

Un nid de fraudes créé ?

Cette situation de LALO provoquera de conflit d’attribution. Le candidat devenu représentant de la CENA peut frauduleusement favoriser sa formation politique dans la coordination des travaux. Toute conséquence qui peut susciter de vives tensions et provoquer d’autres situations ingérables. Pire, ceci ne semble pas être un cas isolé. Nos sources renseignent que de pareilles irrégularités sont également constatées dans plusieurs autres arrondissements. Emmanuel TIANDO doit alors corriger le mal avant le 17 mai. Il doit rapidement agir pour remplacer ses représentants en position favorable à la fraude. Une élection transparente et garante de la paix ne doit pas être entachée de toutes ces irrégularités dangereuses. Emmanuel TIANDO doit noter que le peuple ne veut plus assister aux événements malheureux de mai 2019. Et de toutes les façons, chacun sera responsable devant l’histoire.

1 commentaire
  1. Diané GBEADAN dit

    Il va falloir que le Président de la CENA corrige vite le tir. Cependant, la problématique reste totale puisque ceux qui seront les représentants de la CENA auront, qu’on le veuille ou non, une connotation Politique. Par conséquent, il est demandé que la vigilance des partis en lice soit accrue afin d’éviter des faudes mécaniques de premier degré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!