Santé/La malnutrition: Dr Ahouayito présente les deux principales causes

0 59

LA MALNUTRITION

Docteur Dodji Urbain AHOUAYITO, MD

Banniere carrée
  • Diplôme d’Université en ‘’Méthodes et Pratiques en Epidémiologie’’ (ISPED/ Université de Bordeaux)
  • Droit et Bioéthique (IRSP- CAQ/ Ouidah Bénin & Chaire UNESCO)

 

Par «malnutrition», on entend les carences, les excès ou les déséquilibres dans l’apport énergétique et/ou nutritionnel d’une personne.  Ce terme couvre 2 grands groupes d’affections. Le premier est la dénutrition, qui comprend le retard de croissance (faible rapport taille/âge), l’émaciation (faible rapport poids/taille), l’insuffisance pondérale (faible rapport poids/âge) et les carences ou les déficiences en micronutriments (manque de vitamines et de minéraux essentiels). L’autre comprend le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles liées à l’alimentation (par exemple les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer).

Les types de malnutrition 

 

  • La dénutrition

 

Il existe 4 grands types de dénutrition: l’émaciation, le retard de croissance, l’insuffisance pondérale et les carences en vitamines et en minéraux. Les personnes souffrant de dénutrition, et les enfants en particulier, sont beaucoup plus susceptibles de tomber malades et de mourir.

On qualifie d’«émaciation» un faible rapport poids/taille. Il est souvent le signe d’une perte de poids récente et grave due au fait qu’une personne n’a pas ingéré assez d’aliments et/ou qu’elle a été atteinte d’une maladie infectieuse, par exemple la diarrhée, qui lui a fait perdre du poids. Un jeune enfant souffrant d’émaciation modérée ou sévère présente un risque accru de décès, mais cette affection peut être traitée.

Le retard de croissance est un faible rapport taille/âge. Il résulte d’une sous nutrition chronique ou récurrente à laquelle sont habituellement associés plusieurs facteurs: des conditions socioéconomiques défavorisées, un mauvais état de santé et une mauvaise nutrition de la mère, des maladies fréquentes, et/ou une alimentation et des soins non adaptés du nourrisson et du jeune enfant. Le retard de croissance empêche les enfants de réaliser leur potentiel physique et cognitif.

Les enfants présentant un faible rapport poids/âge souffrent d’insuffisance pondérale. Un enfant en insuffisance pondérale peut présenter un retard de croissance et/ou souffrir d’émaciation.

 

  • Surpoids et obésité

 

Une personne est en surpoids et/ou obèse lorsque son poids est trop élevé par rapport à sa taille. Une accumulation anormale ou excessive de graisse peut avoir des conséquences néfastes pour la santé.

L’indice de masse corporelle (IMC) met en rapport le poids d’une personne et sa taille, et il est habituellement utilisé pour déterminer le surpoids et l’obésité. Il est défini comme le poids en kilogrammes divisé par la taille en mètres au carré (kg/m2). Chez les adultes, le surpoids est défini comme un IMC supérieur ou égal à 25 alors que l’obésité intervient à partir d’un IMC à 30.

Le surpoids et l’obésité découlent d’un déséquilibre entre l’énergie consommée (excès) et l’énergie dépensée (déficit). Dans le monde entier, les personnes consomment des aliments et des boissons plus caloriques (à forte teneur en sucre et en graisses) et ont une activité physique plus réduite.

Population à risque

Tous les pays du monde sont touchés par une forme ou une autre de malnutrition. La lutte contre la malnutrition sous toutes ses formes est l’un des défis les plus importants pour la santé mondiale.

Les femmes, les nourrissons, les enfants et les adolescents sont particulièrement exposés au risque de malnutrition. L’optimisation de la nutrition au début de la vie – en particulier au cours des 1000 jours qui s’écoulent entre la conception d’un enfant et son deuxième anniversaire – garantit le meilleur départ possible dans la vie et a des effets positifs à long terme.

La pauvreté amplifie le risque de malnutrition et les dangers de la malnutrition. Les personnes qui ont peu de ressources sont plus susceptibles d’être touchées par différentes formes de malnutrition. En outre, la malnutrition augmente les dépenses en soins de santé, réduit la productivité et ralentit la croissance économique, ce qui peut alimenter un cercle vicieux de pauvreté et de mauvaise santé.

Les causes de la malnutrition

Les deux principales causes immédiates de la malnutrition sont l’inadéquation de la ration alimentaire et la maladie.

Leur interaction entraine un cercle vicieux : l’enfant malnutri résiste moins bien à la maladie, tombe malade et de ce fait, la malnutrition empire.

La malnutrition est aussi le résultat d’une combinaison de facteurs sous-jacents :

  • Les famines et les guerres : responsables d’une petite partie de la malnutrition mais avec des formes graves et souvent mortelles. 90 % des réfugiés ou déplacés sont des femmes et des enfants. 1.5 million d’enfants vivent dans 42 pays en conflit aujourd’hui.
  • Les catastrophes naturelles : ouragan, sécheresse, tremblement de terre, éruption volcanique, gel, inondation,  typhon, invasion d’insectes, en quelques heures, ces fléaux peuvent détruire 20 ans de développement dans une région.
  • La sécurité alimentaire insuffisante dans les familles qui ne peuvent produire ou acquérir les aliments contenant l’énergie et les nutriments nécessaires.
  • Le manque d’accès à l’eau et d’installations sanitaires : l’insalubrité à l’intérieur et à proximité des maisons favorise les maladies infectieuses (diarrhée) qui deviennent à leur tour, des causes majeures de malnutrition. 1.1 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à de l’eau potable ;
  • La mauvaise qualité des services de santé : chers, non existants, peu accessibles, inadaptés, entrainant de faibles taux de vaccination et une prise en charge inadaptée des enfants malades et malnutris.
  • L’inadéquation des soins aux mères et aux enfants : les familles et les communautés n’ont pas les moyens de prendre en charge leur santé et leur alimentation.
  • L’état nutritionnel des mères : qui font des bébés plus petits et plus sujets à de graves problèmes de santé.
  • Un allaitement maternel insuffisant et un sevrage brutal. En 2005, 60% des bébés dans le monde n’étaient pas nourris exclusivement au sein pendant les 6 premiers mois de leur vie.
  • Un manque de produits thérapeutiques pourtant très efficaces pour traiter la malnutrition aiguë, comme les nouvelles pâtes alimentaires hautement nutritives.
  • La discrimination à l’égard des femmes et des jeunes filles : l’analphabétisme et la place des femmes sur le marché du travail sont des causes fondamentales de la malnutrition, les enfants nés de femmes sans éducation, ont deux fois plus de risques de mourir en bas âge.

 

Source principale : OMS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!