Lutte contre la piraterie maritime au Bénin et au Nigéria: Les deux pays  déjouent le détournement d’un navire chinois 

0 61

À l’approche, les pirates ont refusé de s’arrêter et le Special Boat Service de la marine nigériane, embarqué sur le NNS Ngur , a effectué un embarquement opposé alors qu’il était en route à 9 nœuds. Le sauvetage spectaculaire a été un immense succès, les 18 otages ayant été récupérés, les 10 pirates arrêtés et le navire escorté en toute sécurité à Lagos.

En une semaine qui a vu deux incidents de vol de navires  et une approche suspecte dans la région au sens large, le golfe de Guinée avait besoin d’une victoire. Rappelant la réussite du M / T Maximus en 2016, les marines de Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du Bénin et du Nigéria ont à nouveau coopéré pour suivre et libérer le Hailufeng 11. Le  Bénin et le Nigéria ont tous les deux déployé des navires-poursuite, et tandis que le Western Naval Command du Nigeria a effectué l’interdiction, le résultat final est né d’une coopération louable.

Banniere carrée

Avant même que les propriétaires du bateau piraté et les représentants du gouvernement chinois ne commencent à informer les autorités locales de divers États africains qu’ils croyaient que le Hailufeng 11 avait été attaqué, le système de surveillance des navires du ministère ivoirien des Pêches avait déclenché une alerte. La marine ivoirienne a joué un rôle déterminant dans le partage de ces informations avec d’autres autorités ivoiriennes. La Commission interministérielle permanente pour l’action de l’État en mer (Sepcim), à son tour, l’a partagée avec les autorités zonales et régionales qui ont diffusé les informations.

R.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!