Communales 2020: Ces maires indésirables réélus conseillers

2 64

Après que la Céna a rendu publics les résultats des élections communales et municipales du 17 mai 2020 dernier, on en sait un peu plus sur les nouveaux conseillers des 77 communes du Bénin. Dans leur rang on retrouve des anciens maires rejetés par leurs administrés. Ils sont réélus conseillers communaux pour la quatrième mandature de la décentralisation, mais ils n’auront certainement plus la chance de se voir à nouveau à la tête de l’équipe communale. Le maire étant considéré comme proche des électeurs aux prises avec leur quotidien, certains maires de la mandature passée réélus conseillers sont restés des élus moins appréciés par leurs concitoyens.

À Calavi, il s’agit du maire Georges Bada. Très décrié par ses administrés, l’ancien maire Georges Bada réélu conseiller communal a été battu lors de ces élections par son challenger Patrice Hounsou-Guèdè dans son arrondissement de Calavi-centre. Pour nombre d’observateurs, même s’il a pu tirer son épingle du jeu, sa gestion ne convainc pas grand monde et cela a été exprimé dans les urnes par les électeurs qui veulent du sang neuf à la tête de la commune. Toujours dans le département de l’Atlantique, rien n’a bougé dans la commune de Ouidah sous Célestine Adjanonhoun, du moins comme l’auraient souhaité ses administrés. L’essentiel a été laissé de côté. Pour preuve la seule voie quittant le fort Français pour la Porte du non-retour est très impraticable. Ce qui n’est pas digne d’une cité touristique chargée d’histoires.

Banniere carrée

Dans le Borgou, le maire de Parakou Charles Toko a été réélu conseiller municipal, mais n’a plus la chance de revenir à la tête de cette commune. Les populations lui ont retiré leur confiance à travers les urnes. Dans l’Ouémé, plus précisément à Dangbo, l’ancien maire est réélu conseiller communal, mais il ne pourra même plus rester dans l’exécutif communal. Les calculs politiques sont très serrés et mieux il n’a pas fait bouger la commune comme ses administrés l’auraient voulu. Plusieurs d’entre eux l’ont manifesté par des grognes répétées sur les stations de radio de la place. Dans la commune de Zangnanado, bien qu’élu conseiller communal, Symphorien Misségbétché ne pourra plus briguer le fauteuil communal. Les mêmes scénarios se sont reproduits à Athièmé et à Comè et à Glazoué avec Jacques Dagoué.

Rose .H

2 commentaires
  1. Jojo dit

    Vous avez oublié de mentionner Bohicon qui nous a offert un spectacle des plus lamentables pour faire ses adieux à son maire

  2. SP dit

    Faudrait que le Président de la république donne des consignes fermes aux prefets afin que ces derniers écoutent la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!