Rumeur sur une supposée limitation du nombre des lieux de culte : L’intox qui annonce les couleurs de la présidentielle

0 52

Ça recommence ! La bataille de la Marina prend corps peu à peu. On voit déjà scintiller dans le ciel politique des feux d’artifice annonciateurs de l’événement. À quelques mois de la présidentielle de 2021, les appétits sont aiguisés pour le grand souper du pouvoir suprême de la République. Chaque prétendant s’arrange par sa méthode pour se mettre dans les starting-block. Et Dieu sait qu’au Bénin, la méthode la mieux partagée est celle de la destruction. Le procédé est connu. Le commanditaire fait circuler une rumeur sur un fait ou une déclaration dont on a pris le soin de tordre le cou et de le remodeler pour nuire à un potentiel challenger.

Il y en a qui sont des experts à la matière. Faire circuler cette rumeur sur une supposée intention du gouvernement de limiter le nombre de lieux de culte est un coup de maître. Le contexte s’y prête puisque les religieux viennent de sortir d’une longue traversée du désert où leurs ministères sont restés fermés pour un bon moment. L’attente devenait si longue que les nerfs ont été mis à l’épreuve, préparant ainsi les cœurs à l’inimitié. La terre est donc bonne pour y jeter la semence de la rumeur afin d’en récolter le fruit de la rancœur.

Banniere carrée

C’est ainsi qu’à l’annonce de la réouverture des lieux de culte, dame rumeur s’en est mêlée. En quelques jours, la nouvelle torpillée, manipulée et remodelée a circulé sur les réseaux sociaux. Il s’agit de la supposée limitation du nombre de lieux de culte dans notre pays. C’est une bonne manière de fabriquer l’inimitié entre le président Talon et la communauté chrétienne du Bénin. Ces chrétiens qui en avaient déjà marre de ne pouvoir rejoindre leurs différentes églises pour célébrer le Dieu de leur croyance ne peuvent que se mettre à l’évidence d’une théorie de complot à vocation discriminatoire. L’objectif est simple. Faire perdre au potentiel candidat Talon l’électorat chrétien qui est un vivier important.

À y voir de près, cette rumeur est en principe impensable voire ridicule. Il aurait valu mieux de trouver autre chose. Comment est-ce possible de limiter le nombre d’églises par quartier ? Sachant le nombre de confessions religieuses qui existent au Bénin, quelle formule pouvait satisfaire cette initiative ? Elle pouvait et Talon le sait, créer une situation de crise sociale insoutenable et ingérable. Heureusement, le gouvernement aussi responsable a décidé de restaurer la vérité. Il a en effet sorti un communiqué pour démentir la rumeur et rassurer les citoyens qu’ils peuvent continuer à vivre librement leur foi dans le respect des lois de la République.

Ange M’TOAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!