Pour des salaires impayés depuis 3 mois : Les joueurs d’UPI-ONM appellent la FBF au secours

1 58

L’arrêt du championnat national en Mars dernier dû à la Covid-19 crée des situations de crise au sein des clubs. Ces situations de crise sont essentiellement dues aux règlements salariaux des joueurs et staff qui n’arrêtent de se plaindre. C’est ainsi que la tension est montée de plus en plus dans le vestiaire du club universitaire UPI-ONM. Ils ont décidé de recourir à l’instance faîtière pour gérer leur situation.

Banniere carrée

Ils n’en peuvent plus de vivre cette galère depuis l’arrêt du championnat, les joueurs d’UPI-ONM délassés, interpellent les responsables du football au plus haut niveau pour venir à leur secours. Ils sont restés impayés depuis le mois de Février 2020 et selon leur déclaration, leurs multiples sollicitations auprès des responsables du club n’ont connu aucune suite favorable. Martins Friday, en porte-parole, a décidé de s’exprimer. « Vraiment, nous sommes épuisés et fatigués de la maltraitance que nous subissons depuis février à UPI-ONM. Le président Valère Kakaï Glèlè nous doit au moins trois mois et demi de salaire. Nous avons la pression de notre coach qui exige de nous des exercices spécifiques pour garder la forme. Nous souffrons le martyre. Le président Glèlè a abandonné ses joueurs. » Leur mécontentement s’est accru après le soutien de la fédération aux clubs avec le chèque de 3 millions francs CFA. « Maintenant, au moment où la FBF apportait un appui spécial de 3 millions de francs pour chacun des clubs de Vitalor ligue 1 en guise d’une avance sur la subvention de solidarité promise par la FIFA, nous joueurs de UPI-ONM ne savons pas quel péché nous avons commis pour que notre président refuse de nous partager les 3 millions de francs reçus. Les autres présidents de clubs ont satisfait leurs sociétaires, mais nous autres sommes en train de galérer », s’est plaint le capitaine Martins Friday.

Le joueur a révélé avoir épuisé toutes les démarches auprès du propriétaire qui s’est refusé de décanter la situation. « Le Président Glèlè m’a dit qu’il n’a pas le moindre kopeck à nous donner, ni aujourd’hui ni demain ». Cette déclaration est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et touché les joueurs dans leur amour propre. Ainsi, les principaux cadres du club ont organisé une réunion ce samedi 30 mai 2020 avec les autres joueurs pour trouver une solution à la situation. Au sortir de cette réunion, il est retenu que les joueurs de UPI-ONM vont demander à la Fédération Béninoise de Football et à la Ligue de Football de ne plus remettre le gros lot du fonds de solidarité au Président Valère Kakaï Glèlè. « Nous voulons que la FBF garde cet argent et en bon père de famille, le Président du comité exécutif de notre fédération va s’occuper du dossier et du dispashing de l’argent. Trop c’est trop. Nous sommes aussi pères de famille, nous avons des bouches à nourrir », a clamé Martins Friday, au nom de ses coéquipiers.

1 commentaire
  1. Sam dit

    Avec Coronavirus, rien ne marche et les prévisions sont fossées. Le reste n’est que la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!