Adoption de la loi modificative du code électoral: Plusieurs rectificatifs apportés, les conseillers rebelles contournés

0 49

A l’entame de ses propos, il s’est désolé des derniers événements survenus dans plusieurs communes. Selon le député, les nouveaux élus locaux ont pris leur indépendance vis-à-vis de leur parti. Ils ont pris des positions contraires aux partis dans le cadre de la désignation des maires. C’est visiblement ce qui a poussé le législateur à intervenir.

Désormais, le mode de désignation sera interne au parti. Les partis désignent le maire et communique au préfet selon les explications du député. « Les conseils communaux  n’auront plus à élire les maires et ses adjoints », a déclaré Gounou, parlant des communes, où les partis ont la majorité absolue. Le parti désigne directement le Maire et ses adjoints et le notifie au Préfet.

Banniere carrée

Toutefois, il précise que si un parti n’a pas la majorité absolue,  deux ou trois partis peuvent s’entendre sur la base d’un accord de gouvernance politique pour désigner l’exécutif. Si les partis n’arrivent pas à s’entendre, il sera organisé une élection, où les  conseillers vont élire à travers un vote,  mais à la majorité absolue. Il faut préciser que c’est le député Augustin Ahouanvoebla et 11 autres députés ont fait une proposition de loi  interprétative. Cette loi déjà à l’Assemblée Nationale, a été examinée et adoptée en procédure d’urgence ce  mardi 2 juin 2020.

E.A

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!