Décentralisation au Bénin: Du sang neuf dans les communes à statut particulier

0 69

Trois communes ont cristallisé l’attention à l’occasion des communales de 2020. Cotonou, Porto-Novo et Parakou, communes à statut particulier n’ont pas échappé à la bataille de la gestion de l’hôtel de ville. Au terme du processus, elles ont toutes connu un changement de visage.

Banniere carrée

Cotonou, le théâtre du gros transfert

Un nom et un parti ont régné à Cotonou durant 15 ans. Il s’agit de la famille Soglo dont père et fils ont successivement géré la mairie entre 2002 et 2017 avec leur parti Renaissance du Bénin. Seul l’avènement du régime de Patrice Talon a mis un terme à leur domination sur la ville capitale économique et ouvert une nouvelle ère à l’occasion de la quatrième mandature de la gouvernance locale. C’est ainsi qu’un nouvel homme règne désormais sur la grande et belle ville Cotonou. Luc Atrokpo, très connu et ancien maire de Bohicon a été transféré à Cotonou pour prendre le relai de la gestion de ses anciens mentors. Cotonou ne connaîtra pas en réalité du nouveau puisque le maire nouvellement élu est un produit de la RB et un fils de l’ancien président Nicephore Soglo. En tant que président de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), il a eu une influence dans la gestion de Cotonou. Cotonou connait le plus grand transfert de l’ère de la décentralisation avec le départ de Luc Atrokpo à Bohicon pour Cotonou.

Charlemagne Yankoty, l’inconnu qui connait Porto-Novo

Comme Cotonou, Porto-Novo est resté sous l’emprise du Parti pour le Renouveau Démocratique PRD de maître Adrien Houngbédji depuis le début de l’expérience de décentralisation. De Bernard Dossou à Emmanuel Zossou en passant par Moukaram Oceni, tous ont régné sous le coaching de l’ancien président de l’Assemblée nationale. Inconnu du grand public, Charlemagne Yankoty s’est attiré les projecteurs à l’occasion de ces communales où il a finalement été désigné par son parti pour gérer la capitale du Bénin. L’avènement du nouveau maire sonne comme un renouveau pour la ville aux trois noms en mettant fin à l’hégémonie du PRD.

Parakou reste FCBE

La cité des Kobourous change de maire. Charles Toko n’aura pas à renouveler son mandat à la tête de la commune faute de majorité absolue. Il avait pris le pouvoir à la suite de la destitution du maire FCBE Karimou Souradjou. Ces communales ont permis aux FCBE de prendre leur revanche et de récupérer la gestion de la commune. Yaya Aboubacar devient le nouvel homme fort, et ce, pour les six prochaines années.

Si Cotonou restée chasse gardée de la RB et Porto-Novo sous l’emprise du PRD ont été délivrées par l’UP, Parakou est restée fidèle aux FCBE qui y ont régné en maître depuis 2008.

Ange M’TOAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!