Niger : Amnesty International exige la libération de la journaliste Samira Sabou

0 54

Accusée de diffamation par le fils du Chef de l’Etat, Sani Mahamadou Issoufou, dit Abba, suite à des publications sur les réseaux sociaux portant sur l’affaire dite « de détournement au ministère de la Défense nationale », la journaliste a été interpellée et aussitôt incarcérée. Une atteinte à la liberté d’expression qui inquiète Amnesty International (AI) qui exige sa libération sans autre forme de procès. L’ONG déplore en outre la criminalisation de la diffamation et appelle les autorités nigériennes à libérer tous les activistes pacifiques détenus simplement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.

Ci-dessous, la réaction d’Amnesty International.

« Samira Sabou est une journaliste respectée qui a jusque-là fait son travail légitime d’information sur les allégations de surfacturation et de matériel non livré révélées par l’audit du ministère de la Défense.

Banniere carrée

« L’accusation de diffamation à son encontre par le fils du président de la République n’est qu’une manœuvre de plus pour saper son travail et celui de tous les activistes anti-corruption qui dénoncent les allégations de corruption dans le pays.

« Samira Sabou, qui n’a commis aucun crime, risque jusqu’à trois ans de prison et une amende si elle était reconnue coupable. Amnesty International considère que son arrestation et sa détention sont arbitraires et rentrent dans le cadre du harcèlement judiciaire des acteurs de la société civile et des médias afin de les faire taire. La liberté d’expression doit être respectée, et Samira Sabou libérée immédiatement et sans condition.

« De plus, dans le contexte d’épidémie du COVID-19, sa détention arbitraire lui fait courir des risques accrus, au vu de la surpopulation et du manque d’installations sanitaires en milieu carcéral.

« Les autorités nigériennes doivent libérer tous les activistes pacifiques détenus simplement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression, envisager de façon urgente des mesures supplémentaires afin de réduire la population carcérale et assurer le droit à la santé de tous les détenus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!