Bénin : Paul Hounkpè, le patron des FCBE dans un coma politique

0 55

Le Secrétaire Exécutif National des FCBE Paul Hounkpè, était aux anges après les presque 15% obtenus aux communales de 2020 alors que son parti n’était pas donné éligible à la levée de siège. Les FCBE étaient depuis quelques mois, rappelons-le, presqu’en lambeaux après la démission du président d’honneur, Boni Yayi qui avait soupçonné le bureau exécutif d’être de connivence avec le pouvoir.

À la suite de l’ancien chef de l’État, plusieurs centaines de candidats et de militants des FCBE ont également donné leur démission laissant Paul Hounkpè dans un désarroi. Ce dernier doit sa survie politique le temps des communales à un deal avec le diable qui lui a permis de se faire une petite place au sein de l’arène des partis politiques.

Une probable création d’un grand parti de l’opposition par son ancien mentor Boni Yayi est ventilée dans l’opinion publique depuis quelques semaines. Si le parti venait à être porté sur les fonts baptismaux, les militants actuels des FCBE pourraient rejoindre en masse le nouveau parti. La grande masse des cadres et personnalités FCBE est restée silencieuse depuis le départ de l’ancien président d’honneur, seuls Paul Hounkpè et Théophile Yarou ont vertement attaqué leur ancien mentor.

Banniere carrée

Le silence des autres préserve leur survie politique et ils peuvent basculer du côté de la nouvelle force de l’opposition en gestation. Dans ce cas de figure, Paul Hounkpè dépouillé de ses membres tomberait dans un coma politique profond où son statut de chef de file de l’opposition serait gravement remis en cause et son rêve d’être le porte-flambeau de l’opposition à la présidentielle, brisé. 2021 s’éloigne donc de Paul et avec seulement 7 maires dans son escarcelle, il lui est déjà difficile de conquérir 9 autres élus pour atteindre le nombre de parrainages nécessaires et être candidat.

De plus, il semble évident que Hounkpè n’a pas la mainmise sur des élus dont Yaya Aboubacar, le maire de Parakou et Denis Oba Chabi de Savè qui n’ont jamais exprimé leur antipathie envers Boni Yayi. L’annonce de la création d’un nouveau parti politique par Boni Yayi est un vrai coup de massue porté sur la tête de l’ancien maire de Bopa. Son pouls, sans doute, atteint déjà son pic et seule une renonciation ou un ajournement de la naissance du nouveau ”Messi” de l’opposition pourrait sauver le général Hounkpè sans troupes.

Ange M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!