Constipation: Dr Ahouayito présente les facteurs de risque

0 56

 Le dossier Santé de cette semaine est consacré à la constipation définie comme une difficulté à évacuer les selles et une diminution de leur fréquence d’émission. Dr Urbain Ahouayito en parle et évoque les facteurs de risque.

Banniere carrée

LA CONSTIPATION

 

Docteur Dodji Urbain AHOUAYITO, MD

  • Diplôme d’Université en ‘’Méthodes et Pratiques en Épidémiologie’’ (ISPED/ Université de Bordeaux)
  • Droit et Bioéthique (IRSP- CAQ/ Ouidah Bénin & Chaire UNESCO)

 

  1.  Quand parle-t-on de constipation ?

La constipation est définie comme étant une difficulté à évacuer les selles et une diminution de leur fréquence d’émission. Cette pathologie fréquente et aux origines très diverses est souvent bénigne. La constipation peut être occasionnelle, secondaire ou idiopathique.

  • Constipation occasionnelle :

La constipation occasionnelle est une entité à part. Le malade se plaint d’une constipation apparue assez brutalement dans des circonstances particulières telles que les derniers mois de la grossesse, un alitement, un voyage.

  • Constipations secondaires :

Parmi les autres causes de constipation, on oppose les constipations qui sont secondaires à une cause organique (constipation « symptôme ») aux constipations idiopathiques (constipation « maladie »).

La recherche d’une cause organique, avant tout une sténose colique, s’impose devant toute constipation récente ou récemment aggravée

  • Constipation idiopathique :

D’un point de vue physiopathologique, la constipation idiopathique, fonctionnelle (ou constipation maladie), est une constipation chronique qui peut être due soit à un ralentissement du transit, soit à une obstruction distale contrariant l’évacuation rectale, soit aux deux mécanismes à la fois. En cas d’obstruction distale sans ralentissement du transit, le nombre de selles hebdomadaires peut être normal.

 

2- À quoi reconnaît-on une constipation occasionnelle ?

Lorsqu’il s’agit du transit intestinal, chacun a son propre rythme. Certaines personnes vont à la selle chaque matin, d’autres y vont tous les trois jours.

Une fréquence des selles au-dessous de 3 fois par semaine peut être un signe de la constipation occasionnelle.

En plus de la sensation de lourdeur et d’irrégularité, les symptômes fréquents sont :

  • L’évacuation de selles uniquement granuleuses (souvent plus dures ou de petite taille) ;
  • Une défécation difficile ou douloureuse ;
  • Une expulsion incomplète des selles ;
  • Des ballonnements et crampes ;
  • Un excès de gaz et de flatulences ;
  • Un mal de ventre ;
  • Une perte d’appétit.

Au-delà de ces symptômes, la constipation occasionnelle peut aussi entrainer un sentiment de frustration, de ne pas avoir le « contrôle » de son corps et nous rendre mal à l’aise quand on sort de chez soi.

Mais sachez que la constipation occasionnelle est un trouble plus répandu que vous ne le croyez.

Concernant la prévalence de la constipation : bien que les femmes et les personnes âgées soient davantage sujettes à la constipation, l’ensemble de la population peut être concerné à un moment donné par une constipation occasionnelle.

 

3- Facteurs de risque

Certains facteurs prédisposent les individus à faire la constipation.

  • Une alimentation pauvre en fibreset en liquides.
  • La sédentarité, l’inactivité physique.
  • Certains médicaments.
  • Ignorersystématiquement son besoin d’aller à la selle en raison d’un stress émotionnel ou d’un trouble psychologique.
  • Les changements hormonaux(grossesse, ménopause).
  • La fréquence de la constipation est 2 fois plus élevée chez les personnes ayant de bas revenus, probablement en raison d’une moins bonne alimentation.

 

4- Quelles sont les personnes à risque ? 

  • Les femmes
  • Les plus de 50 ans
  • Les personnes qui ne mangent pas régulièrement des fruits, légumes et céréales…
  • Les personnes qui boivent peu d’eau
  • Les personnes qui consomment beaucoup d’alcool
  • les personnes en hypothyroïdie
  • Les personnes qui prennent des antidépresseurs ou des antiacides
  • Les personnes qui ne pratiquent pas d’exercice physique

 

5- Principales causes organiques de constipation

5.1) Obstruction mécanique

  • Cancer colorectal
  • Compression extrinsèque (tumorale bénigne ou maligne, adhérences post-chirurgicales)
  • Sténose colique non tumorale (diverticulaire, ischémique, en rapport avec une maladie inflammatoire intestinale)
  • Sténose anale

5.2) Maladies métaboliques et générales

  • Diabète
  • Hypothyroïdie
  • Hypercalcémie
  • Hypomagnésémie
  • Amylose
  • Sclérodermie

5.3) Causes  médicamenteuses ou toxiques

  • Analgésiques (opiacés, dextropropoxyphène)
  • Anticholinergiques (chlordiazépoxide)
  • Antidépresseurs (amitriptyline)
  • Anticonvulsivants (carbamazépine)
  • Vincristine
  • Furosémide
  • Fer

 

6- Traitement de la constipation

Dans la majorité des cas, lorsque la constipation n’est pas liée à une maladie particulière,  le médecin va prescrire des règles hygiéno-diététiques :

  • Améliorer la position sur les toilettes (surélévation des pieds) ;
  • Enrichissement de l’alimentation en fibres ;
  • Boire suffisamment de l’eau riche en minéraux ;
  • Faire de l’exercice physique.

Il pourra éventuellement modifier ou arrêter l’un des traitements en cours s’il le suspecte d’être en cause dans la survenue de la constipation. En cas d’échec des mesures hygiéno-diététiques, un traitement par laxatifs peut être envisagé. Il existe plusieurs types de laxatif :

  • Les laxatifs osmotiques qui ont pour but de ramollir les selles en attirant l’eau dans l’intestin. Ils sont souvent utilisés en première intention, mais peuvent provoquer des douleurs abdominales ou ballonnements ;
  • Les laxatifs de lest modifient la consistance des selles, mais nécessitent de boire beaucoup pour être actifs ;
  • Les laxatifs lubrifiants ramollissent le contenu de l’intestin et facilitent le glissement des selles. Ils peuvent entraîner un suintement au niveau de l’anus ;
  • Les laxatifs stimulants permettent de provoquer la contraction intestinale pour faire progresser les selles. Ils sont prescrits sur une courte durée uniquement ;
  • Les laxatifs par voie rectale (suppositoires, lavements) agissent par stimulation mécanique ce qui déclenche en quelques minutes le besoin d’aller à la selle.

À savoir ! Un abus des laxatifs peut provoquer certaines complications en lien avec une accoutumance, une perte de capacité du tube digestif à absorber les nutriments, une perte d’eau, de vitamine et de sels minéraux.

Par-dessus tous ses moyens, n’oubliez pas la place importante des fruits dans la prévention des constipations surtout occasionnelles : il est recommandé de consommer environ 5 fruits et légumes par jour.

Lu et adapté pour vous :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!