Bénin/Organisation des concours : Les avancées notées depuis 4 ans

0 37

En effet, dans une interview publiée sur le site du gouvernement, Prosper Alabi IDOHOU, chef de la Cellule de gestion du Fichier unique de Référence et de la Programmation des Effectifs (C/CGFUR-PE) à la Direction générale de la Fonction publique, a apporté des explications sur les avancées réalisées depuis avril 2016. A l’en croire, « un code spécifique est généré à partir du système et est attribué à chaque candidat. Tout ce qui se passe dans la phase de secrétariat se passe sous anonymat. Aujourd’hui, les copies sont sécurisées grâce à des hologrammes qui ne sont en fait que des codes de sécurité matérialisés par des images. Ces hologrammes sont préalablement collés sur les copies de manière à ce que l’on puisse en reconstituer l’image à l’issue de la correction en juxtaposant le corps des copies et leurs en-têtes. Ce procédé permet d’éviter les substitutions de copie et autres. Toutes les copies des candidats font l’objet d’un traitement rigoureux et que d’une manière particulière, les copies des candidats qui n’ont pas composé sont traitées avec toute l’attention requise. Cela permet de pouvoir répondre à toutes les réclamations grâce à la disponibilité d’informations précises telles que le numéro d’anonymat du candidat qui n’a pas composé, son numéro de table, son centre de composition, le corps auquel il avait postulé, etc».

Banniere carrée

Dans cette interview, Prosper Alabi Idohou est également revenu sur quelques innovations dans la gestion des délibérations. A ce sujet il explique en ces termes : « les délibérations se font sur la base des copies des candidats. A titre illustratif, il est déjà arrivé que nous enregistrions 150.000 copies environ pour l’un des concours organisés pour recruter des agents au profit du Ministère de l’Economie et des Finances. En dépit de ce nombre significatif de copies, nous avons commis des jurys de délibération qui ont examiné toutes les copies l’une après l’autre aux fins d’éviter toutes les erreurs de correction. Au cours de cet exercice, les notes qui figurent sur chaque copie sont revérifiées et toute modification sur une note est retracée de manière à ce que l’on puisse savoir qui l’a modifiée et quand elle a été modifiée. Le mérite ou rien donc. Grâce au système mis en place par le ministère du Travail et de la Fonction publique, nous avons la possibilité d’identifier chacune des personnes qui ont porté d’éventuelles modifications sur une copie ».

Comme pour dire que depuis plus de 4 ans sous le régime de la rupture, il y a plus de rigueur et de transparence dans l’organisation de tous les concours. Cela y va de leur crédibilité et rassure de la qualité et la compétence des personnes recrutées.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!