Promotion de l’économie culturelle: Le DG/FAC échange avec les acteurs du secteur

0 61

Le Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture, Gilbert Déou Malé a rencontré ce mercredi 7 octobre 2020, à Cotonou, des acteurs culturels, particulièrement les artistes musiciens. L’objectif est de diagnostiquer les maux dont souffre la culture béninoise aux fins d’y trouver la thérapie convenable.

Banniere carrée

De très beaux jours se profilent à l’horizon pour les acteurs culturels. « Nous sommes presque à la fin des maux qui minent le secteur », rassure le Dg du Fac. Le monde de la musique béninoise sera réformé, assaini, attrayant et le secteur culturel sera autonome. C’est ce qu’on doit généralement retenir des échanges du Directeur général du Fonds des Arts et de la Culture, Gilbert Déou Malé avec les artistes, ce mercredi 7 octobre 2020 au ministère de la Culture. À en croire le DG Déou Malé, le monde culturel béninois regorge d’acteurs talentueux, mais qui n’atteignent malheureusement. Et la cause principale, la mentalité béninoise selon laquelle les citoyens béninois ne s’accrochent pas trop aux œuvres locales. Ainsi, le DG envisage qu’un changement de paradigme s’impose pour inciter les compatriotes à prioriser et préserver l’art local. Pour lui, il y a lieu de revoir les comportements et œuvrer pour une solidarité. À cette séance qui n’est pas la première, le DG n’a pas manqué d’accorder la parole aux acteurs pour qu’eux-mêmes se prononcent sur les problèmes qui minent leur corporation. Après avoir tour à tour exposé ces maux tout en affichant leur réjouissance de l’initiative du DG/Fac, les participants ont égrené une batterie de doléances à l’endroit des dirigeants du secteur culturel. Le DG Gilbert Déou Malé a rassuré les acteurs de sa disponibilité et des démarches engagées dans l’intérêt de la culture. Pour lui, il est impératif de promouvoir l’économie culturelle et rendre autonome le secteur, œuvrer pour la distribution en ligne des œuvres musicales, accompagner les jeunes artistes par le renforcement de leurs capacités, certifier les managers, etc. Il est à noter d’après les propos du premier responsable du Fonds des Arts et de la Culture que des séances causerie-débats entre le Fac, le ministère de tutelle et les acteurs culturels s’effectueront périodiquement dans les tout prochains jours. Rien ne veut donc être négligé. Gilbert Déou Malé tient à l’assainissement du monde culturel béninois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!