Rentrée diplomatique 2020-2021 : La réforme du système partisan exposée aux diplomates

0 32

Dans son adresse au corps diplomatique, le ministre Aurelien AGBENONCI a rappelé que l’une des raisons d’être des briefings, est de donner au corps diplomatique et consulaire, la lecture du Gouvernement sur les évènements importants de la vie politique nationale et internationale et de permettre à ses membres d’avoir des réponses précises aux préoccupations légitimes qu’ils pourraient avoir. Il s’agit aussi de leur permettre d’avoir une lisibilité sur des décisions et actes que prend le Gouvernement. Il a situé le contexte du choix du thème de la rencontre en indiquant que l’actualité nationale est tout happée par l’élection présidentielle du dimanche 11 avril 2021 conformément au calendrier de la CENA. Une question qui occupe de plus en plus les esprits et suscite les commentaires les plus divers.

La préoccupation du Gouvernement est d’organiser des élections libres, transparentes et apaisées. Cela dépend non seulement du cadre légal, du professionnalisme des Institutions qui en ont la charge mais aussi de la bonne compréhension du processus qu’ont les parties prenantes, les citoyens, les électeurs. “Cela dépend aussi de la bonne compréhension de la réalité de nos textes que peuvent avoir, nos amis que vous êtes. Il est important, dans le souci de transparence et de meilleure communication, que nous puissions vous parler et vous dire dans quelle épure nous évoluons pour pouvoir accomplir cet acte majeur de notre vie démocratique”, a fait remarquer le ministre AGBENONCI.

Puisqu’il s’agit d’une séance visant à éclairer la lanterne du corps diplomatique, le Président de la Commission des Lois à l’Assemblée nationale a fait le point de tous les textes de lois qui encadrent désormais la vie politique béninoise. Il a expliqué point par point le processus mis en place et les mécanismes ayant abouti à leur vote.

Banniere carrée

A son tour, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, Séverin Maxime QUENUM a souligné qu’en plus des motifs de rationalisation des dépenses, le couplage des élections dorénavant en République du Bénin, se justifie par la volonté du pays de disposer du temps nécessaire pour se consacrer au développement.

Quant au Ministre de la Communication et de la Poste, Porte-parole du Gouvernement, Alain OROUNLA, il est revenu sur la genèse de la création des partis politiques au Bénin. Selon lui, c’est la rationalité qui sous-tend le processus législatif ayant conduit au vote de ces différents textes sur lesquels le Bénin va organiser sa vie politique pendant de nombreuses décennies. ‘’Il y avait un consensus, pour ne pas dire, l’unanimité sur la nécessité de rationaliser les partis politiques et de remettre le parti politique au cœur de l’action politique’’ a-t-il ajouté.

D’autres explications sur le libre parrainage, le poste de Vice-président ont été données au corps diplomatique qui a compris mieux que par le passé, la pertinence de la réforme du système partisan au Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!