Saisie d’essence de contrebande : Des vendeurs protestent à Ifangni

0 61

Pendant plusieurs heures, Igolo est coupé du reste du monde. Aucun véhicule en provenance de Porto-Novo ou d’Igolo ne peut traverser les brasiers de pneumatiques qui brûlaient l’asphalte sous un soleil de plomb, soulevant des colonnes de fumées noires qui ont sombré des heures durant, le ciel sur la commune d’Ifangni.

Les manifestants en furie disent exprimer ainsi leur mécontentement contre les agents de la douane qui sont venus arraisonner des bidons d’essence de contrebande. « Ils n’ont pas le droit de venir jusqu’ici, on est alimenté par le Nigéria, qu’allons-nous manger », s’interrogent des acteurs de l’incident, projetant des pneumatiques dans le brasier incandescent.

Au poste avancé de douane à 300 mètres environ des incendies, dans la dépression de la localité de Banigbé, l’heure est à la surveillance sécuritaire. Les agents en poste ont confié à l’ABP qu’il s’agit d’« une opération de la brigade mobile appuyée par les militaires, qui a conduit des saisies de l’essence de contrebande».

Banniere carrée

La présence de la police républicaine a été visible et efficace dans la résolution de la crise, a-t-on constaté.

Les éléments du commissaire de Banigbé, Fidèle Dougloui ont réussi à contenir les manifestants en furie, et de manière professionnelle, ont fait revenir la paix et rétablir l’ordre public.

Le commissaire Fidèle Dougloui, présent sur les lieux d’émeutes s’est employé en dépit de tout risque, entouré des groupes de manifestants, dans une action conjointe avec son homologue d’Igolo, à faire éteindre les brasiers et libérer la voie.

Aux dernières nouvelles, le calme est revenu à Igolo dans la commune d’Ifangni, a constaté l’ABP.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!