Tournée sur la cherté de la vie à Cotonou : Tognifodé guérit les 7e et 8e arrondissements de l’infodémie

0 60

La tournée gouvernementale d’explication sur la cherté de la vie démarrée le jeudi 12 mai dernier n’a pas épargné les populations des 7e et 8e arrondissements de la commune de Cotonou.

Massivement sorties et réunies à la salle de Conférence de la mairie ce mercredi 18 mai 2022, les habitants de ces deux arrondissements ont été eux aussi nourris des réelles causes de la crise alimentaire et des mesures d’atténuation prises par le gouvernement.

Après le mot introductif du maire de Cotonou, Luc Sètondji ATROKPO, la délégation gouvernementale à travers la voix de la ministre Véronique Tognifodé, a vacciné les citoyens assoiffés de la vérité contre la mythomanie et l’intoxication.

En langue fon, l’autorité ministérielle a, en 10 minutes 5 secondes, exposé les causes majeures de la conjoncture économique et les multiples efforts de riposte déjà effectués par le gouvernement. De ses explications, il en ressort que la covid-19 autrefois sanctionnée par la fermeture des entreprises, usines et frontières dans nombreux pays et la guerre en Ukraine ont provoqué la flambée de nombreux produits alimentaires et ceux pétroliers.

Banniere carrée

Très préoccupé par le bien-être du peuple, avoue-t-elle, le gouvernement a adopté une batterie de mesures sociales pour atténuer les chocs conjoncturels. Elle a cité entre autres les fonds covid-19 octroyés aux artisans et entreprises, la détaxe des marchandises importables.

vue partielle des populations

À leur tour, les populations ont exprimé leur satisfaction par rapport à la démarche et le fait d’être écoutées. Sans complexe, elles ont posé des questions auxquelles Véronique Tognifodé et cie ont apporté des réponses justes et convaincantes. Les divers propos non accusatoires tenus révèlent que les populations des 7e et 8e arrondissements de Cotonou maîtrisent parfaitement les réelles causes de la crise alimentaire à laquelle le Bénin est confronté.

Mieux, elles ont souhaité la pérennisation de l’initiative qui, à leur en croire, est le remède efficace à la désinformation dans laquelle elles sont souvent plongées. Aussi, ont-elles justifié que l’initiative est un canal plus adéquat par lequel elles peuvent adresser des doléances au chef de l’État.

À noter que la délégation gouvernementale était composée du ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé et de son collègue de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, Raphaël Akotègnon ; du préfet du Littoral, Alain Orounla et d’autres personnalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!