Fixation du prix de l’huile raffinée à 1300 FCFA/L : la réalité sur le terrain

0 32

Quelques jours après la décision du gouvernement qui a fixé le prix du litre d’huile à 1300f, la réalité sur le terrain est toute autre. Le constat fait par l’équipe de notre rédaction nous a permis de relever que la décision peine à prendre et les vendeuses à divers niveau se plaignent. Unanimement, grossistes et détaillants pensent que la décision est mal venue et vendre l’huile à 1300 tel que fixé par le gouvernement serait absurde. Une vendeuse de divers à Fifadji à Cotonou confie : « le gouvernement ne peut en aucun cas rester entre les quatre murs de son palais pour nous fixer les prix. Talon et ses ministres ignorent les réalités sur le terrain ». Elle ajoute : « ici je vends le litre d’huile à 1400f malgré moi puisque je n’y gagne pratiquement rien. De façon détaillée je vends la petite bouteille de 8ème à 175f et c’est ainsi que vous allez trouver partout ».

Une autre dame rencontrée à Abomey-Calavi fait savoir qu’il s’agit d’une décision arbitraire. « On ne peut pas se lever et commencer par vendre à 1300f parce que le gouvernement l’a décidé. Et les stocks qu’on avait avant la décision ? Le gouvernement s’est-il demandé un instant à combien on a pris ça ? C’est ce diagnostic qui devrait être fait avant toute fixation de prix. En tout cas, ce n’est pas à moi d’apprendre au gouvernement comment jouer son rôle. L’huile chez moi ici est à 1500f ». De Cotonou à Abomey, les avis sont les mêmes sur la question. Le litre d’huile n’est vendu nulle part à 1300 f.

Est-ce un entêtement de la part de ces commerçantes ? Face à la question, ces dernières pensent que le gouvernement doit mettre de l’eau dans son vin et prendre de la hauteur face à la situation. « Nous avons appris que des agents sont déversés sur le terrain pour ramasser nos marchandises s’ils constatent que le prix n’est pas appliqué. Qu’ils viennent ramasser. De toute façon on ne vend rien », laisse entendre la vendeuse de Fifadji.

Elle précise : « avant de fixer le prix du litre, le gouvernement devrait se rendre dans les marchés pour savoir à combien le bidon d’huile nous est livré. Chaque jour que Dieu fait, le prix augmente dans le marché. Et c’est dans ça on nous demande de baisser nos prix. Qui va nous payer la différence ? Moi par exemple j’ai pris l’huile à Tokpa samedi dernier à 32.500f. En vendant cela à 1400f le litre, je ne gagne rien. Au contraire, je roule à perte ».

Banniere carrée

Situation critique à Dantokpa

Mardi 24 mai 2022, il sonnait 18h environ quand l’équipe de votre rédaction a fait son entrée dans le marché Dantokpa, le plus grand du Bénin. La première vendeuse d’huile aperçue de loin avait la mine renfrognée et la main au menton. Elle attendait encore son premier client de la journée. « Comme vous le voyez, je n’ai rien vendu depuis le matin. L’huile est chère et on ne sait plus à quel Saint se vouer. Le fait pour le gouvernement de fixer le litre d’huile à 1300f, je crois que cela engage surtout les revendeurs. Ici, moi je vends le bidon de 25 litres à 32.000f, il revient au détaillant de fixer son prix et voir si les 1300 du gouvernement l’arrangent », a-t-elle laissé entendre. « Mais il faut que le président Talon comprenne que les produits sont chers et que nous ne vendons pas. J’ai pris le bidon d’huile à 32.000f et c’est à ce même prix je vends ça ici au marché. Tout calcule fait je n’y gagne rien.

Au contraire, c’est une grosse perte pour moi si on doit chiffrer le transport. En ce qui concerne le bénéfice, il n’y a pas débat », a-t-elle souligné. À l’en croire, l’huile qui se vendait à 16.000 a fortuitement grimpé jusqu’à 32.000f aujourd’hui. « C’est vraiment désolant. Moi j’attends juste d’écouler ce stock pour abandonner ce commerce », s’est-elle résignée. Devant un autre étalage, la vendeuse indique que le bidon d’huile est cédé à 31700f à son niveau. « Je gagne à peine 100f sur le bidon puisque je prends ça à 31600f. Seule la revendeuse pourra fixer son prix, mais je doute fort que les 1300f imposés par le gouvernement puissent être appliqués.

Selon les indiscrétions bientôt l’huile Oké sera déversée sur le marché. C’est de l’huile produite sur nos terres ici au Bénin. Avec ça je crois que le prix sera favorable comparativement à celui de l’huile importée. On attend de voir », explique la dame. Dans une boutique située non loin de cet étalage, les bidons d’huile sont vendus en gros. Le prix d’un bidon est à 31700 f. À ce prix, le litre d’huile devrait revenir à 1268 sans compter le transport et le bénéfice. Ce qui laisse comprendre aisément les plaintes des vendeuses.

Abbas Titilola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!