Rencontre entre le Chef de l’État et des ténors politiques : Talon engagé pour des législatives 2023 apaisées

0 55

La rencontre entre Talon et les anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi est un bon signe, surtout quand on sait que le Bénin est à quelques mois seulement des législatives de 2023. Il est un secret de Polichinelle que les deux anciens présidents ne parlent pas le même langage politique avec le chef de l’État. À titre d’illustration, toutes les élections qui se sont déroulées jusqu’à présent sous Patrice Talon n’ont jamais connu l’assentiment des deux anciens présidents qui se sont ouvertement rangés du côté de l’opposition dite radicale. Et ce pour des raisons que personne n’ignore d’ailleurs. Si le président Soglo de son côté semble en vouloir à Talon pour avoir contraint son fils Lehady à l’exil, Yayi en ce qui le concerne avait une dent contre lui pour plusieurs raisons, dont l’emprisonnement de certains leaders de l’opposition. Quand on examine ces raisons, voir aujourd’hui Soglo et Yayi, chacun à la table des discussions avec Talon à l’approche des législatives peut paraître surprenant. Seulement, le contexte n’est plus exactement le même. Les esprits autrefois échauffés semblent s’être calmés, et les acteurs donnent l’impression de vouloir abandonner les discours incendiaires pour rechercher l’apaisement. Patrice Talon en tète. Et pour certains observateurs avertis, tout ceci est signe que les législatives 2023 seront inclusives. Car il faut le préciser que c’est la première fois depuis son avènement ses anciens présidents arrivent à véritablement saisir la main tendue du chef de l’État à une veille d’élection. Parce que, quoi qu’on dise, ces deux anciens présidents ont beaucoup pesé dans le déroulement des événements des élections connues sous la rupture à ce jour. C’est donc avec espoir que les Béninois ont accueilli la nouvelle de la rencontre avec Soglo dans un premier temps et Yayi juste après. Au nombre des sujets abordés au cours des rencontres, figurent en gros plan, la décrispation du climat politique et la consolidation de la paix. Les Béninois peuvent déjà s’attendre à une élection spéciale en 2023 qui implique tout le monde. C’est une grande fête politique qui s’annonce tout simplement comme au bon vieux temps. Les partis dits de l’opposition radicale doivent déjà saisir l’opportunité, car ils n’auront plus d’excuse après.

Banniere carrée

Abbas Titilola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!