Capitalisation du processus de mise en œuvre du PSL Eau : une démarche et des outils de mise en œuvre des projets de la GIRE locale proposés

0 83

Après trois années d’opérationnalisation de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) dans la basse vallée de l’Ouémé, l’équipe du PSL Eau n’entend rien occulter pour le partage du savoir-faire capitalisé. Le vendredi 17 juin 2022, dans l’enceinte du centre de formation professionnelle de la CEB, sise à Abomey-Calavi, l’équipe du Projet a échangé avec les acteurs des communes et du sous-secteur de l’eau. Il s’agissait pour eux de prendre connaissance de la proposition de démarche et d’outils de réalisation des projets de la GIRE au niveau local. Une proposition issue de la capitalisation de l’expérience du Projet d’appui à la Synergie Locale pour l’Eau (PSL Eau).

Depuis le 31 décembre 2021, l’expérience du PSL Eau démarré en janvier 2019 a connu son épilogue. ‹‹ Le processus et les résultats du Projet en matière de renforcement des capacités de résilience des communautés aux crues et inondations doivent être pérennisés, et servir d’inspiration à d’autres initiatives du genre ››, a souligné le coordonnateur du Projet, Xavier CODJIA après avoir dressé un bilan satisfaisant ovationné par les participants. ‹‹ Je vous exhorte à participer activement aux travaux de partage du contenu du présent document de proposition de démarche assorti d’outils ››, a-t-il exhorté les participants pour procéder à l’ouverture officielle des travaux.

À son tour, le consultant accompagnateur, a présenté le document de capitalisation sans manquer d’étaler la démarche de mise en œuvre des projets de la GIRE locale. À l’en croire, l’enjeu est de faire de la GIRE, un instrument de solutions durables aux problèmes et difficultés engendrés par les crues et inondations récurrentes, de plus en plus coûteux. Ensuite, ‹‹ développer un guide qui cherche à formaliser, rendre accessible et exploitable l’approche GIRE locale implémentée par le PSL Eau ››, a-t-il ajouté. Pour lui, il s’agit en effet d’un outil didactique au service des praticiens de la GIRE locale.

Banniere carrée

De la présentation du consultant, il se dégage que cinq (5) thématiques structurent la démarche GIRE locale et sont déterminants pour l’obtention des résultats. Il s’agit de l’appropriation communautaire du concept de la GIRE, la concertation, la mise en œuvre des projets (actions concrètes), le genre et l’inclusion ainsi que la durabilité des actions. A ces thématiques s’ajoute le Système d’Alerte Précoce Communautaire (SAPC) inondation.

Pour chaque thème, une fiche-action est proposée pour faciliter la mise en œuvre. Elle décrit le cheminement méthodologique par des questions : quoi faire ? Comment le faire ? Avec quels outils ? Avec qui le faire ? Pour quels résultats ? ‹‹ Une focalisation particulière doit être faite sur les points d’attention qui constituent les connaissances et savoirs générés par l’expérience PSL Eau et sur lesquels il conviendrait de s’appuyer pour le développement d’expériences similaires, pour optimiser les chances de réussite et éviter les erreurs commises sur PSL Eau ›› a insisté le consultant. Car, justifie-t-il, il est nécessaire que les stratégies de durabilité des projets de la GIRE locale soient bâtis autour d’un acteur institutionnel ayant mandat régalien sur la problématique de la gestion de l’eau, de la gestion des risques de catastrophe et d’adaptation aux changements climatiques.

Plus loin, les acteurs outillés par les explications objectives du consultant et les interventions lucides du coordonnateur, ont défini une stratégie et adopté une feuille pour l’appropriation par les communes des réalisations du PSL Eau. À la fin, une synthèse motivée par des recommandations a été effectuée.

Faut-il signaler que le PSL Eau s’inscrit dans le programme OmiDelta Fonds Acteurs Non Etatiques, financé par le Programme Eau de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, géré par l’Organisation Néerlandaise de Développement SNV-Bénin, et exécuté par l’Agence de Coopération Internationale de l’association des municipalités néerlandaises (VNG International), dans les communes d’Abomey-Calavi, Porto-Novo, Sèmè-Podji, Sô-Ava et Zê. Ce projet s’illustre dans les innovations pour la résilience des populations aux crues et inondations. C’est-à-dire, réduire les pertes et dommages et accroitre les avantages du phénomène naturel qu’est la crue.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!