8e session du Comité Régional de Pilotage du projet WACA- ResIP à Cotonou: les acteurs font le bilan à mi-parcours de son exécution

0 65

L’hôtel Novotel de Cotonou a abrité les 15 et 16 juillet 2022, la 8e  session du Comité Régional de Pilotage (Crp) du Projet d’Investissement pour la Résilience des Zones Côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP) financé en grande partie par la Banque Mondiale. La cérémonie de lancement de cette grande rencontre a été présidée par le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable (MCVDD), José Didier Tonato qui avait à ses côtés son homologue Togolais  Katari Foli-Bazi.

Echanger sur les résultats obtenus à mi-parcours après trois (3) ans d’exécution du projet qui s’étend sur une durée totale de 5 ans, sur le mécanisme, les procédures et les outils de gestion utilisés afin que soient davantage améliorées les performances des différentes coordinations. Tels sont les objectifs de la 8e  session du Comité Régional de Pilotage (Crp) du Projet d’Investissement pour la Résilience des Zones Côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP) qui s’est tenue à Cotonou les 15 et 16 juillet dernier à Cotonou. Un évènement assuré par l’Union Economique et Monétaire ouest-africain (Uemoa) et la Banque Mondiale qui a apporté un appui financier conséquent.
De  façon spécifique, cette réunion a permis  de faire : le point de la mise en œuvre des décisions de la dernière réunion, d’évaluer l’état d’avancement des composantes nationales et régionales au 30 juin 2022, d’approuver le rapport d’avancement du 1er semestre 2022 de la composante régionale du projet et de valider les résultats de la revue à mi-parcours du Projet WACA ResIP.
Le projet en lui-même vise à améliorer la gestion des risques naturels et anthropiques communs, en intégrant le changement climatique, affectant les communautés et zones côtières de la région d’Afrique de l’Ouest.

*Un projet d’envergure avec des impacts positifs*

Banniere carrée

Pour assurer sa réussite, les gouvernements des six pays du programme et la Banque mondiale ont prôné une gestion régionale des problèmes à travers des interventions concertées entre les pays frontaliers. À titre d’exemple et forts des liens séculaires et de bonne coopération qui unissent ces pays, le Bénin et le Togo ont initié ensemble deux sous-projets régionaux  que sont: la protection du segment transfrontalier Grand-Popo – Agbodrafo et les travaux de curage et d’aménagement de la berge lagunaire de Gbaga et la préservation des écosystèmes partagés.
Pour la gouvernance de ce projet régional d’envergure, le pilotage est assuré par l’UEMOA, à travers les sessions de Comité Régional de Pilotage (CRP) qui regroupent les ministres en charge du secteur ou leurs représentants et qui se tiennent deux fois par an et de façon tournante entre les six pays (Bénin, Côte d’Ivoire, Mauritanie, São Tomé et Príncipe, Sénégal et Togo)  du programme WACA. Sa mission consiste au suivi de la composante régionale du projet à travers la mise en place des orientations stratégiques, la promotion du dialogue avec les pays et les institutions régionales pour renforcer l’intégration régionale, la coordination des interventions transfrontalières et la facilitation de la mobilisation des ressources.


*Le Bénin témoigne sa reconnaissance aux partenaires et aux différents acteurs impliqués*

Dans son discours d’ouverture de la session, le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable (MCVDD), José Didier Tonato a témoigné sa reconnaissance pour le choix de la tenue de cette huitième session en terre béninoise.  Aussi, a-t-il exprimé toute son appréciation à l’égard de la commission de l’Uemoa, des équipes de pilotages et unités de gestion du projet WACA ResIP, des responsables du WACA et les partenaires techniques pour l’initiative, le suivi assidu, la compétence et la contribution qualitative dont on fait preuve toutes les parties pour donner vie à ce projet.
Selon ses explications, ce projet s’inscrit dans le cadre du financement de six (6) pays pour la mise en œuvre d’actions nationales en matière de politique côtière, d’investissements pour des solutions vertes, grises ou hybrides, ainsi que des interventions régionales nécessaires pour gérer de manière durable les zones côtières d’Afrique de l’Ouest.
Pour sa part, le Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières du Togo Katari Foli-Bazi  s’est réjoui du visage que présenteront sous peu les pays bénéficiaires du projet. Ceci favorisera une amélioration de gestion régionale des problèmes à travers des interventions concertées entre les pays frontaliers, lesquels forts des liens séculaires du cadre de vie, auront un meilleur aménagement et développement urbain.
Le Représentant résident de l’Uemoa  Yawovi Batchassi et celui de la Banque Mondiale Maged Hamed se sont aussi adressés aux multiples invités, qui de par leur présence, portent ce noble projet.
Rappelons que WACA est l’une des réponses à la demande des pays de recevoir une assistance de la Banque Mondiale pour aider dans la gestion des zones côtières en Afrique de l’Ouest, en particulier sur les problèmes d’érosion côtière et d’inondation. Le programme avait été présenté lors de la cop21 en France et fait partie de l’enveloppe de 16 milliards de dollars comprise dans l’« Africa-Climate Business Plan ». Cet engagement a été renforcé lors de la Cop22, en structurant le programme comme un outil de financement pour la mise en œuvre des activités d’amélioration de la résilience de la zone côtière.
Cette 8e session dont les travaux ont pris fin sur des notes de satisfaction  intervient dans un contexte où le Ghana, la Gambie et la Guinée Bissau se préparent à entrer dans la grande famille WACA, pour le compte de la 2e phase du projet (WACA II).

L.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!