Lancement de l’initiative médias sans VBG : Zakiatou Latoundji et le royaume des Pays-Bas prônent une féminité et une masculinité responsables

0 42

Pour permettre aux professionnels des médias d’exercer leur métier sans aucune contrainte sexuelle de la part de leurs confrères ou consœurs, l’union des professionnels des médias du Bénin (Upmb), présidée par Zakiatou Latoundji, avec l’appui technique et financier de l’ambassade du royaume des Pays-Bas près le bénin, a procédé au lancement officiel de l’initiative medias sans violence basée sur le genre. Le présent projet vise à outiller les acteurs des médias sur le mécanisme de prévention, de détection et de dénonciation des actes de violence basée sur le genre et la mise en place d’une cellule d’assistance juridique et psychologique. Venus de tous les départements du Bénin à cette cérémonie de lancement de ce noble projet, l’engagement des hommes des journalistes à combattre ce fléau qui gangrène la presse béninoise a été réitéré et la collaboration de l’institut national de la femme rassurée.

Banniere carrée

Zakiatou Latoundji, présidente de l’Upmb précise que l’absence de mécanisme dans les rédactions pour dénoncer et punir les auteurs du harcèlement sexuel est l’une des causes des déviances observées dans la presse béninoise. Et c’est justement pour corriger le tir que le projet initiative médias sans VBG est conçu. « La présente rencontre revêt une grande importance pour les acteurs des médias du Bénin et vient nous témoigner une fois encore de l’intérêt que les partenaires au développement et en particulier l’ambassade des Pays-Bas près le Bénin porte à la vie des médias et surtout de celles et ceux qui les animent » a-t-elle expliqué. « Nous formons le vœu ardent que vous repartirez de cet atelier avec un sentiment de pleine satisfaction d’avoir pris part active au démarrage de ce projet dont les nobles objectifs font présager d’une amélioration significative de la question du genre dans les médias au Bénin » a souhaité Zakiatou Latoundji qui conte sur le renforcement de capacité des professionnels des médias afin qu’ils deviennent de véritables acteurs de la lutte contre les violences basées sur le genre.
Catharina Geertruida Maria Tjoelker-Kleve, ambassadrice du royaume des Pays-Bas, a saisi l’occasion pour rappeler que chaque femme ou chaque homme a le droit d’avoir un lieu de travail sûr et que la question de la violence basée sur le genre est l’affaire de tous. « On n’a pas le droit de se taire quand on voit que quelqu’un est violenté même avec des mots » a martelé Catharina Geertruida Maria Tjoelker-Kleve. Elle a convié donc les professionnels des médias à : « une masculinité différente, positive, respectueuse et beaucoup plus attractive pour les hommes des médias et une féminité qui se respecte, qui a le doit d’être comme elle est, belle et forte ».
Pour la secrétaire exécutive de l’institut national de la femme (Inf), Huguette Bokpè Gnancadja, la collaboration et le soutien de son institut ne seront pas à marchander. « En embrassant ce projet vous êtes en train de manifester le fait que vous avez à cœur d’incarner ce que vous nous aider à diffuser tous les jours. Je suis frappée par la forte présence du sexe masculin, ça prouve que vous adhérez à l’initiative. L’inf vous assure de notre soutien et collaboration au présent projet », se réjouis la secrétaire exécutive.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!