Formation des enseignants de la maternelle, du primaire, du secondaire et des encadreurs d’enfants du Bénin : Ciforce prône le mariage neurosciences et apprentissage

0 96

Le consortium international pour la formation et la recherche coopérative en éducation (Ciforce) composé de l’institut Africain pour la neuro-éducation et la ludo-pédagogie, de l’institut ludo-pédagogique du Québec et présidé par Élie Rodrigue Bélogoun, en collaboration avec le ministère des enseignements maternel et primaire (Memp), a sillonné les 12 départements du Bénin pour amener les enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire à changer de pratiques pédagogiques. Pour le compte du département du Mono ce mardi 23 août 2022 au Caeb Lokossa, les participants ont été moulés et reprogrammé sur l’arrimage entre les neurosciences et les apprentissages pour une assimilation efficiente par toutes les couches d’apprenants.

Les nouvelles technologies ont introduit de grands bouleversements dans tous les secteurs d’activité. Dans le domaine de l’éducation, la prise en compte de la psychologie et de la morphologie cérébrale des apprenants devient un tournant décisif pour l’atteinte des objectifs de développement durable. Et pour que le Bénin ne soit pas du reste dans cette dynamique, le président du consortium international pour la formation et la recherche coopérative en éducation (Ciforce), Élie Rodrigue Bélogoun, a initié une série d’activités aux profits des enseignants. « Nous sommes en tournée dans tout le Bénin avec l’autorisation du ministère des enseignements maternel et primaire pour former les enseignants de la maternelle et du primaire sur la révolution neuro-éducative », a-t-il précisé. Ayant pour thème les neurosciences et l’apprentissage, cet atelier de formation vise à outiller les enseignements afin d’opérer des choix judicieux d’enseignement au profit des plus petits apprenants. De la domination du behaviorisme à l’enracinement des neurosciences et du progrès de l’imagerie à la naissance de la neuro-éducation en passant par la structure et fonctionnement du cerveau à la maturation cérébrale pour aboutir à faire le lien entre le cerveau et l’apprentissage via la fonction exécutive et le circuit des émotions, ce fut un véritable tremplin d’apprentissage. « Nous organisons ces différentes activités pour que les enseignants dès la rentre 2022-2023 puissent avoir les outils pratiques leur permettant de savoir comment garder l’attention des apprenants dans le déroulement des séquences de classe, comment les aider à la compréhension et à la mémorisation » a insisté Élie Rodrigue Bélogoun.

Banniere carrée

Arnaud Awéha, chef de service de la décentralisation et de la coopération au ministère des enseignements maternel et primaire, a salué la pertinence de la thématique abordée par Ciforce. « Nous sommes à une étape où dans la transmission du savoir aux petits enfants, les enseignants ont l’obligation de maîtriser le fonctionnement du cerveau pour adapter efficacement le processus enseignement-apprentissage-évaluation au type de cerveau de chaque apprenant dans les classes » a-t-il expliqué. « L’engouement des enseignants à cette formation est rassurante, je souhaite que les acquis soient démultipliés dans les écoles pour une harmonisation des pratiques pédagogiques » a recommandé Arnaud Awéha.
Pour l’atteinte des objectifs, les participants prennent des engagements. « Dès la rentrée prochaine, nous allons essayer au mieux d’accompagner les enfants en les catégorisant selon leurs besoins pour que ceux qui ne comprennent pas vite se mettent véritablement au pas sans crainte et sans chicotte », a promis Hermionne Adjaho, institutrice à l’Epp Akanmé dans la commune de Houéyogbé.

A.A

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!