32e session extraordinaire du CIP-UEMOA à Cotonou : d’importantes résolutions prises, les députés burkinabé de retour dans l’Institution

0 76

Ouverte le 20 septembre dernier à l’hôtel Azalaï de Cotonou, la 32e session extraordinaire du Comité Interparlementaire de l’Union Économique et Monétaire Ouest-africaine CIP-UEMOA) arrive à son terme ce 26 septembre 2022. Les travaux porteurs de réflexions conséquentes effectués sur la lutte contre les produits de santé de qualité inférieure et falsifiés et sur la formation professionnelle des jeunes ont permis aux députés membres de l’institution parlementaire sous-régionale d’aboutir à de pertinentes résolutions.

En procédant à la cérémonie de clôture de la session, l’honorable Lucien Houngnibo, Président par Intérim du CIP-UEMOA s’est félicité du bon déroulement des travaux. Il a souligné la richesse des débats qui ont suivi les communications sur les deux thématiques d’intérêt communautaire. Il a par ailleurs remercié les autorités béninoises et particulièrement le Président du parlement béninois pour son soutien et le vibrant message qu’il a délivré lors de la cérémonie d’ouverture de la session.

Aussi, a-t-il adressé toute sa reconnaissance et celle de ses collègues députés membres du CIP-UEMOA au Président de la République du Bénin, Patrice Talon pour son leadership dans la sous-région et sa rigueur dans le travail. Plus loin, il a mis l’accent sur les efforts qui ont été consentis par le Président béninois sur le front de la lutte contre les faux médicaments et de la promotion de la formation professionnelle. Pour lui, il est important que les autres dirigeants de l’Union s’inspirent de l’exemple béninois pour trouver des approches de solutions à ces deux problématiques pour le bonheur des populations de leurs pays respectifs.

Sur la question de la promotion de la formation professionnelle, le président Lucien Houngnibo trouve qu’il faut généraliser, voire intensifier l’expérience des écoles pilotes de formation professionnelle dans l’ensemble des pays de l’Uemoa au lieu de rester à une école pilote par pays. Cela, a-t-il justifié, permettra de cerner véritablement l’épineuse question de l’adéquation formation-emploi.

Sur la question des produits de santé, le dirigeant par intérim du CIP-UEMOA a appelé ses collègues à travailler dans le sens du renforcement des acquis et aussi de la mise en place de législations fortes dans chaque pays et dans l’espace communautaire.

Banniere carrée

Le Burkina Faso de retour

Au cours de la rencontre de Cotonou, les députés du Burkina Faso membres du CIP-UEMOA ont officiellement fait leur grand retour dans l’Institution à la satisfaction de leurs collègues des autres pays. Ce retour qui a été aussi salué par le Président Houngnibo, représente pour Dr Bonaventure B. Traoré, un motif de grande satisfaction.

« C’est vraiment un sentiment de plaisir pour nous d’avoir rejoint les collègues du CIP-UEMOA. Nous nous sentons désormais investis d’une lourde charge, celle de contribuer au même titre que nos collègues et faire en sorte que l’œuvre pour laquelle le Comité a été mis en place soit réalisée… Nous sommes bien conscients des enjeux que nous devons contribuer à identifier et à résoudre pour le bien de nos populations », a déclaré l’autorité du Burkina Faso, Dr Traoré.

Signalons que la session a enregistré la présence massive de 30 députés sur les 35 membres du Comité. À en croire le président, cela témoigne du large succès qu’a connu cette rencontre de Cotonou.

D. G.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!