Municipalité d’Abomey-Calavi : la SE Laourou installe une gabegie financière à la mairie

1 71

Ville-dortoir la plus peuplée en République du Bénin, Abomey-Calavi vit aussi une gouvernance locale dont l’essentiel de la charge repose sur le dépositaire de l’administration communale : la Secrétaire exécutive (SE), Floride Carine Laourou. Patronne de l’administration communale avec des pouvoirs plus dosés qu’on aurait pu l’imaginer il y a encore quelques années, la nouvelle secrétaire exécutive, à l’instar de ses pairs des autres communes est un produit de la réforme du secteur de la décentralisation.

Cette réforme, faut-il encore le rappeler, a séparé les fonctions techniques des fonctions politiques au sein des mairies afin de promouvoir une saine gouvernance des collectivités territoriales. Depuis l’ouverture de la phase opérationnelle de cette réforme, la rédaction de votre groupe de presse Le Potentiel a engagé une mission d’observation minutieuse. Il s’agit de suivre les premiers pas des nouveaux Secrétaires exécutifs dans la gouvernance locale.

Une quarantaine de communes y compris celles à statut particulier, sont inclues dans la cartographie observable. L’idée est de relever les effets positifs, les défis, les failles et mettre le curseur sur les adaptations et réajustements nécessaires. C’est dans cet exercice que l’équipe d’investigation de votre groupe de presse a pris connaissance d’un dossier flou tant dans la forme que dans le contenu. Ledit dossier met en cause la gestion de la nouvelle Secrétaire exécutive (SE) de la mairie d’Abomey-Calavi, dame Floride Carine Laourou.

4 millions FCFA pour la réfection d’un bureau, des questions se posent

Au sein de l’administration communale d’Abomey-Calavi, c’est une affaire au cœur de moult murmures. Selon nos sources, quelques semaines après sa prise de fonction, la nouvelle SE Floride Carine Laourou aurait engagé des dépenses faramineuses pour la réfection de son bureau. Les mêmes sources laissent entendre que les dépenses de réfection du bureau de la SE Floride Carine Laourou auraient coûté près de quatre millions (4.000.000) de francs CFA et auraient été effectuées au mépris des règles de l’orthodoxie financière. Aussi, s’agirait-il de dépenses effectuées hors budget communal, selon nos sources. Pour mieux comprendre les dessous de cette affaire, la rédaction de votre Journal Le Potentiel a, conformément aux dispositions du code de l’information et de la communication ainsi que celles prescrites par le code de déontologie et de l’éthique de la presse, mené une démarche contradictoire.

Une correspondance a alors été transmise à la SE Floride Carine Laourou le 3 août 2022 aux fins de recueillir sa version des faits. La nouvelle SE indexée dans ce dossier était attendue pour apporter des réponses à une série de questions relatives à la véracité des faits, le coût réel des travaux de réfection de son bureau, la provenance des fonds ayant servi à financer les travaux, la procédure suivie pour engager les dépenses (s’il s’agit de fonds publics provenant du budget communal), les conditions de passation de ce marché de travaux de réfection du bureau, etc. L’équipe d’investigation de votre groupe de presse Le Potentiel voulait aussi savoir si les dépenses incriminées relèvent de fonds d’origine privée, auquel cas, la SE Floride Carine Laourou devrait fournir des informations sur les dispositions prises pour en faire des recettes puis des dépenses régulières.

En outre, la correspondance adressée à la nouvelle SE de la mairie d’Abomey-Calavi mentionne des documents clés susceptibles d’aider à comprendre les dessous de cette affaire de réfection de bureau. La SE Floride Carine Laourou devrait mettre à disposition de l’équipe d’investigation la copie de la ligne budgétaire ayant prévu la dépense, la copie de la délibération du conseil communal/de supervision autorisant la dépense, la copie de la demande de cotation ou toute autre procédure de passation, la copie de la lettre de notification de l’entreprise adjudicataire, la copie du contrat du marché des travaux de réfection passé avec l’entrepreneur adjudicataire, la copie du procès-verbal de réception des travaux de réfection du bureau, etc.

Banniere carrée

Le silence compromettant de la Se

Alors qu’elle se retrouve désignée comme actrice principale de cette affaire de réfection de bureau qui s’apparente à un nid de gabegie financière, la Secrétaire exécutive Floride Carine Laourou préfère la loi de l’omerta. Depuis le 3 août 2022 jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, la SE d’Abomey-Calavi n’a daigné répondre à la correspondance du groupe de presse Le Potentiel.

Un silence qui viole non seulement les dispositions du code de l’information et de la communication en ce qui concerne le droit du citoyen d’accès aux documents public, mais également qui frise un mépris à l’égard d’un peuple assoiffé d’information saine, vraie, équitable et juste. En refusant de répondre et de se soumettre à cette démarche contradictoire, la SE Floride Carine Laourou corrobore sans s’en rendre compte les graves soupçons qui pèsent sur elle en ce qui concerne la violation des dispositions réglementaires à suivre pour engager de telles dépenses. Au fond, les informations concordantes révèlent que la SE a passé ce marché de près de 4 millions de francs CFA hors budget pour la réfection de son bureau.

Cette dépense, précisent des sources bien introduites, n’a jamais été autorisée par le Conseil de supervision encore moins par le conseil communal. Or, la nouvelle réforme du secteur de la décentralisation a bien encadré la gouvernance financière au sein des collectivités territoriales. Aussi, c’est la nature et la pertinence des dépenses qui sont en cause. À y voir de près, les fonds engagés ont servi à ”retaper” le bureau de la SE Floride Carine Laourou. Il s’agit-là d’une dépense de prestige destiné à assurer à la nouvelle SE Floride Carine Laourou un confort dans son bureau. Mais est-il vraiment utile d’engager près de 4 millions FCFA dans une quête de prestige au lieu de prioriser les dépenses nécessaires ?

Tout bon gestionnaire devant l’équation du choix entre l’utile et l’agréable aurait une préférence rationnelle pour le premier. Cela n’a visiblement pas été le cas pour la nouvelle SE Floride Carine Laourou qui aurait ainsi engagé des fonds conséquents pour la réfection de son bureau alors même qu’aucune ligne budgétaire ne prévoyait des dépenses de prestige, comme l’ont attesté plusieurs sources croisées. S’il est vrai que ces dépenses pourraient être régularisées après, elles révèlent tout de même la problématique liée au choix qu’un bon gestionnaire doit faire. Ce dossier flou sort de terre à un moment où les Secrétaires exécutifs vont boucler les 100 jours dans leur fonction. Peut-être, est-ce une occasion de resserrer les boulons en détachement dans la gouvernance locale et notamment dans les rangs des nouveaux SE installés.

Plusieurs autres irrégularités sont non seulement signalées à Abomey-Calavi sous la gestion de la SE Floride Carine Laourou, mais aussi ailleurs dans d’autres communes. Un recadrage des SE s’impose à tout point de vue. Mais, en attendant, une mission d’audit de l’Inspection Générale des Finances (IGF) s’avère nécessaire pour arrêter la saignée, argent des pauvres contribuables.

Brivaël Klokpê Sogbovi

1 commentaire
  1. Aimé EGLA dit

    Il faut arrêter la saignée pour qu’on ne parle pas plus tard de milliards.
    On a déjà assez de problèmes dans Calavi pour en rajouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!