Nouveau coup d’Etat en Afrique : Ibrahim Traoré a chassé Damiba de la tête du Burkina-Faso

0 58

Arrivé au pouvoir par un coup d’État en janvier 2021, le colonel Paul Henri Damiba n’a pas vu venir la fin de son hégémonie à la tête de la transition Burkinabè. Ce vendredi 30 septembre 2022, un groupe de militaires a fait savoir à la télévision nationale du Burkina-Faso que le règne Damiba est conjugué au passé.

En attendant que les forces «vives de la nation» ne soient convoquées pour rédiger une nouvelle charte de transition afin de designer un nouveau Président «Civil ou militaire», les frontières terrestres et aériennes sont fermées à partir de minuit heure locale, la Constitution est suspendue et le gouvernement est dissout. Un couvre-feu est également instauré, entre 21 heures et 5 heures du matin.

Banniere carrée

Pour ces soldats putschistes, leur objectif est de «poursuivre l’idéal commun» du peuple Burkinabè  « à savoir restaurer la sécurité et l’intégrité du territoire. »

Pour sa part, l’institution sous régionale n’a pas hésité à se faire entendre. Dans un communiqué qui fait suite à l’apparition des jeunes militaires , la CEDEAO juge inopportun ce nouveau coup d’état. « La CEDEAO trouve inopportun ce nouveau coup de force au moment où des progrès ont été réalisés, grâce à la diplomatie et aux efforts de la CEDEAO pour un retour méthodique à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024», peut-on lire sur la note officielle. Par ailleurs, elle «Exige le respect scrupuleux du chronogramme déjà retenu avec les Autorités de la transition pour un retour à l’ordre constitution» dans le délai indiqué.

Ignace TOSSOU (Stg)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!