Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route : des actions hardies pour protéger les vies humaines

0 61

La communauté internationale a célébré le dimanche 20 novembre 2022, la journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route (JMSVR). Le Bénin n’a pas dérogé à cette tradition à travers une activité qui a mobilisé tous les acteurs de la sécurité routière au Bénin à savoir le Cnsr, les partenaires techniques tels que Handicap International et la fédération des ONG actifs dans la sécurité routière ainsi que les autorités politico-administratives.

Banniere carrée

A Cotonou, les manifestations marquant la journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route et de la journée africaine pour la sécurité routière ont démarré par une procession de Sainte Rita pour le carrefour “la vie”. Le thème retenu pour la célébration est : “Justice” avec une incidence sur les assurances”. Le slogan retenu est : “Se souvenir, soutenir et agir”.
Dans son allocution, le représentant de HI a présenté le nouveau projet de sécurité routière qui mettra l’accent sur la réadaptation des victimes de la route. Le directeur du CNSR, Aubin Adoukonou, pour sa part a salué les efforts des ONG pour la promotion de la sécurité routière et souhaite qu’elles ne lâchent rien dans leur engagement. Il demande que HI continue de soutenir les activités de sécurité routière dans notre pays. Le directeur Adoukonou a présenté et soutenu la campagne de répression lancée ces derniers jours par la Police républicaine contre l’excès de vitesse et le non-port de casque par les passagers des motos. Pour lui, l’excès de vitesse est la première cause des accidents observés sur nos routes. “Le CNSR a observé une longue période contre le phénomène et il est temps que la répression s’installe et c’est pour cela que le CNSR est entièrement engagé dans cette répression. De même, les dégâts causés par le non-port de casque, fait appel à des actions hardies pour protéger la vie des usagers de la route”, a-t-il ajouté pour renchérir.
A la faveur de cette journée, la communauté internationale à travers la JMSVR rappelle que l’application du code de la route, la conduite d’une enquête approfondie après un accident pour déterminer si un délit a été commis et pour éviter qu’il ne se reproduise, les poursuites pénales le cas échéant et la prise en charge et l’indemnisation font tous partie du système judiciaire.

SCom/ CNSR

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!