Jean-Michel Abimbola à l’occasion des manifestations officielles du 10 janvier : « le Vodun s’est affirmé comme une source multidimensionnelle de l’altérité africaine»

0 98

Comme l’année dernière, c’est la commune de Ouidah qui a abrité les manifestations officielles de la 26 édition de la fête des religions endogènes en République du Bénin. Adeptes de divinités Vodun, têtes couronnées, dignitaires, autorités et touristes venus de partout se sont donc retrouvés à la plage pour commémorer journée. Et c’est le Ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts (MTCA), Jean-Michel Abimbola qui a en personne présidée l’événement. Il a à cette occasion rappelé que le Vodun s’est au fil du temps affirmé comme une source multidimensionnelle de l’altérité africaine. Aussi, est-il revenu sur les valeurs qu’il promeut, telles que l’amour, la tolérance, l’humanisme, le respect de la nature, etc.

(Extrait du discours circonstanciel du MTCA)

En ce début d’année 2023 que je souhaite paisible et radieuse pour chaque Béninois et pour chaque ami du Bénin, nous voici réunis, une fois de plus, pour célébrer nos religions endogènes. Trente ans que le 10 janvier est devenu un jour de grâce dans le calendrier national ; un jour béni pour les adeptes des divinités tutélaires depuis qu’elles veillent sur leurs destins et les couvents qui abritent leurs sanctuaires.
De cette plage historique de Ouidah où je prends la parole, je me laisse convaincre par la certitude que la communauté vodun est en effervescence, portée par la ferveur de la foule des croyants, inspirée également par la passion des curieux et des touristes en quête d’émotions et de connaissances sur ces croyances multiséculaires.

Mesdames et Messieurs ;
Notre pays est une des principales terres où s’expriment, se vivent, se perpétuent et se valorisent les traditions vodun. D’ici, furent déportées, il y a quelques siècles, en même temps que les esclaves, les pratiques culturelles de cette religion. En s’implantant dans les territoires de leurs exils, en Amérique et aux Antilles notamment, les hommes et femmes qui revendiquent ce culte lui ont donné d’autres extensions, enrichies par différents apports.
Loin de l’image caricaturale qu’en a donnée le cinéma hollywoodien, débarrassé de l’étiquette du satanisme qu’on lui a longtemps collée, le Vodun s’est affirmé, au fil du temps, comme une source multidimensionnelle de l’altérité africaine. On y découvre une science du savoir, un ensemble de croyances philosophiques, un savoir-faire artistique, bref des us et coutumes capables de s’adapter aux évolutions des sociétés dans lesquelles il est pratiqué.
Les études autant que les faits l’ont illustré : sur le plan des valeurs, le Vodun promeut l’amour, l’humanisme, la tolérance, le respect de la nature et vise l’épanouissement de l’Homme dans toutes ses dimensions. C’est pourquoi je voudrais risquer le constat selon lequel cette pratique constitue la vitrine identitaire de la plupart des peuples du Golfe du Bénin en général et de leur diaspora.

Banniere carrée

Mesdames et Messieurs ;
Conscient de cette richesse inépuisable et d’autres attraits culturels et touristiques, le Président de la République du Bénin, à travers le Programme d’actions du gouvernement 2021-2026, a fait l’option d’intensifier les efforts dans les secteurs du tourisme, de la culture et des arts, secteur érigé au rang de deuxième pilier du développement du Bénin. Au nombre des nombreux projets et programmes structurants et ambitieux pensés pour porter la « Destination Bénin », figurent la Route des couvents et le musée international Vodun, qui sont dans une phase de développement avancée.
La Route des couvents devra permettre à tous nos visiteurs de réaliser une immersion dans les temples et couvents pour vivre les cultes, les rituels et l’ambiance caractéristiques de ces lieux . Pendant ce temps, le musée, quant à lui, offrira aux visiteurs une variété de connaissances sur le sujet avec des images et des représentations des différentes déités à travers une scénographie spécifique. Les multiples visages de cette religion, l’appropriation qu’elle a subie dans tous les espaces de son implantation seront montrés et illustrés avec des outils modernes, histoire de témoigner de la complexité de la spiritualité de nos aïeux, de rendre hommage à la façon dont ils vivent leurs commerces avec Dieu, avec la nature, avec eux-mêmes.

A l’horizon 2024-2025, le Bénin, ouvrira grandement ses portes pour permettre à ses visiteurs de découvrir d’autres facettes de ces religions endogènes. Si le Vodun reste un sujet de fascination et d’interrogations pour des millions de curieux à travers le monde, il suscite chez les chercheurs les travaux scientifiques, chez les cinéastes des films de toutes sortes, chez les plasticiens un art reconnaissable et chez les musiciens, des rythmes et mélodies identifiables entre mille autres. C’est pour cela que nous pensons accompagner désormais la célébration du 10 janvier du festival des arts vodun, un rendez-vous qui convoquera toutes les expressions créatives autour de ce marqueur identitaire. Notre pays veut ainsi assumer pleinement sa vocation de la Mecque du vodun, pour y faire éclore le potentiel de cette culture dans ses aspects les plus inspirants.

Mesdames et messieurs ;

Chers invités

Ici, ce jour à Ouidah, je me réjouis de la mosaïque de peuples réunis autour de cette fête. Cette clameur qui monte jusqu’aux temples sacrés, cette ferveur qui anime notre assemblée, cette communion qui nous caractérise, sont autant d’indices qui prouvent l’humanité et l’universalité de cette pratique ancestrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!