Mission évangélique de la foi (Mef Int) : Et si les frondeurs déboutés créaient leur propre église !

0 69

Il n’y a pas deux chefs établis au sommet de l’église Mission évangélique de la foi internationale (Mef Int). Au Bénin, aux yeux de Dieu, des fidèles et de la loi, le seul dépositaire des charges liées à la présidence s’appelle Augustin Gbedjinou Sossa Toudji, le président fondateur de la Mef Int. Par arrêt 010/2023/CIV/CH-PD/CA-COT-23 du 12 mai 2023, la Cour d’appel a confirmé Augustin Gbedjinou Sossa Toudji comme président de l’église Mef Int. « Le révérend Pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji demeure le seul Président de l’association dénommée Église évangélique de la foi internationale », lit-on dans l’arrêt signé par le greffier Moulero Marc Adjibola et le président de la Cour d’appel Justin Gbènameto. Aussi, l’arrêt du 12 mai 2023 de la Cour d’appel a-t-il précisé qu’il n’y a aucune ambiguïté sur le contenu de sa décision en date du 27 janvier 2023. En effet, l’arrêt n°002-CH-PD-CIV/2023 en date du 27 janvier 2023 avait annulé tous les actes et décisions pris par les frondeurs, notamment les sieurs Dieudonné Noukounyeflin, Guy Didier Prince, Ulrich Akogbé et Anatole Akoueté. Seulement dans sa décision d’interprétation, la Cour d’appel a laissé entrouverte une porte risquée et reprise maladroitement par le groupe des quatre frondeurs. En effet, la Cour d’appel a laissé lire que le pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji demeure le président de la Mef Int jusqu’à ce que la branche tutélaire de l’église basée au Nigeria ne désigne un autre président. Sur le coup, la communauté des juristes est médusée. En interprétant un arrêt, une Cour ne peut changer le fond des décisions. Surtout que c’est la même cour qui a rendu la décision soumise à son interprétation. Si la décision fait couler assez d’encre et de salive, elle est aussi visiblement une ouverture que le G4, groupe des frondeurs, exploite et qui sème le trouble et tenter le coup de force. Il y a quelques jours seulement, le samedi dernier pour être précis, n’eût été la décision d’interdiction ferme du préfet du Littoral, le siège de l’église Mef Int à Vodjè sera transformé en un champ de bataille. Les frondeurs s’apprêtaient justement à faire passer un coup de force avec une pseudo-installation à pas de charge d’un nouveau président qui serait nommé par la branche nigériane. Deux données méritent attention. D’abord, les fidèles chrétiens de la Mission évangélique de la foi portent dans leur cœur le pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji. L’homme de Dieu est le fondateur de l’église. Depuis 1983, année de création de l’église, le pasteur fondateur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji s’est attelé à assumer les charges de président pour développer l’église. Le président fondateur est encore en vie et plus que jamais prêt à poursuivre sa mission à la tête de l’église. On se pose la question de savoir, comment et pourquoi, un président fondateur d’église qui n’a pas été nommé et qui n’a pas abdiqué de son propre chef peut être harcelé de cette façon ? Pis, l’idée de remplacer un fondateur d’église par un simple acte de nomination souffre assurément d’objectivité. Encore davantage quand ce sont des frondeurs qui, par coups de force, veulent faire du ”ôte-toi pour que je m’y mette”. C’est assez indécent qu’après avoir été débouté par la justice, le G4 étale une obsession pour le pouvoir de la Présidence à la tête de l’église Mef Int. Avec cette obsession, on se demande si c’est réellement Dieu que l’on veut servir ou si ces dissidents ne sont pas avides du pouvoir pour assouvir des intérêts autres que ceux de Dieu et des fidèles. Toute honte bue, les frondeurs Dieudonné Noukounyeflin, Guy Didier Prince, Ulrich Akogbé et Anatole Akoueté devraient coller la paix aux fidèles chrétiens de la Mef Int. Ceci passerait par exemple par leur départ de l’église et une création d’une autre église. Au Bénin, la loi leur donne le droit de se réunir pour créer une église. Ce choix serait l’idéal pour des gens qui sont obsédés par le pouvoir dans une église dont ils sont ‘‘héritiers’’. C’est trop facile de récolter là où on n’a pas semé.

Le pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji, 40 ans de mission chrétienne avec Mef Int

Banniere carrée

1983-2023. Cela fait déjà quarante (40) ans que l’église Mission évangélique de la foi internationale (Mef Int) est active dans l’espace religieux béninois. Le 27 juin 1981, Augustin Gbedjinou Sossa Toudji a saisi le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique aux fins d’avoir le récépissé de constitution de l’association dénommée Mission évangélique de la foi. Le 5 février 1983, la Direction des affaires intérieures du Ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique va répondre favorablement au requérant. Le révérend Pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji est donc le président fondateur de la Mef Int. Cela fait donc 40 ans qu’il s’évertue avec le staff d’hommes de Dieu qui l’entoure de propager la bonne nouvelle partout sur le territoire national, de délivrer et de ramener des âmes à Christ. Les moments de difficulté viennent éprouver les associations humaines. Le diable aussi peut éprouver les hommes de Dieu et par extension ébranler leur foi et leur mission. La crise qui vient de connaître son épilogue avec l’arrêt du 12 mai 2023 est peut-être une épreuve de consolidation de la foi. Le pasteur Augustin Gbedjinou Sossa Toudji avec ses collègues peuvent poursuivre leur noble mission avec l’assurance d’une solidification des fondations de la Mef Int. Dieu étant lui-même la fondation de l’église.

Brivaël Klokpê Sogbovi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!