Franck Houètèhou Hounsa à propos de l’albinisme au Bénin : « Les gens ont peur de la différence »

0 68

La journée internationale de sensibilisation à l’albinisme est célébrée chaque 13 juin. Elle vise à promouvoir les droits humains, à sensibiliser le grand public sur les difficultés rencontrées par les personnes atteintes d’albinisme au quotidien. L’édition de cette année 2023 est placée sous le thème : « L’inclusion fait la force ». Une thématique visant à assurer l’inclusion des voix des personnes atteintes dans tous les secteurs de la vie. Elle souligne l’importance de l’inclusion d’une diversité de groupes à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté des personnes atteintes. Selon l’Organisation des Nations Unies, le thème de cette année souligne les avantages d’inclure un large éventail de personnes atteintes dans les discussions liées à l’albinisme y compris les jeunes, les femmes, les enfants, les personnes âgées ; de collaborer et d’embrasser l’albinisme au sein du mouvement des personnes handicapées et dans d’autres secteurs où les décisions affectent les personnes albinos, etc.
En marge de cette célébration, nous avons interrogé un albinos en la personne de Franck Houètèhou C. Hounsa, ancien bénéficiaire du programme Young African Leaders Initiative (YALI) des USA et directeur exécutif d’une Ong de la place. Il est notamment revenu sur les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la société.
A l’en croire, le regard de la société vis-à-vis des personnes qui ont cette maladie n’a pas changé outre mesure, même s’il reconnait que ce n’est pas tout le monde qui rejette les personnes atteintes d’albinisme. « Les problèmes sont multiples. Le premier est celui de la peau. On ne peut pas passer sous le soleil parce que ça crée de grosses plaies et peut déboucher sur le cancer de la peau. Puisque nous ne pouvons pas filtrer la lumière, nous ne pouvons pas bien lire. On n’a pas la même vitesse de lecture que les autres. Le fait que vous soyez différent vous force à faire des choses qui peuvent gêner les autres. Vous pouvez ne rien faire à personne et le simple fait que vous soyez différent va susciter une réaction épidermique qui pourra vous faire mal. Les gens ont peur de la différence», a-t-il confié.
En dépit de tous ces problèmes qu’ils vivent, Franck Houètèhou C. Hounsa dit rêver d’un monde où les personnes atteintes d’albinisme font tache d’huile dans tous les secteurs.

Banniere carrée

L.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!