Phase sportive du recrutement de 5000 jeunes au profit des FAB: Quand devenir militaire rend « fous » des candidats

0 66

Le Bénin se prépare dans quelques semaines à accueillir dans le personnel de ses Forces Armées, 5000 jeunes hommes comme femmes. Ces jeunes sont sélectionnés rigoureusement à l’issue d’un concours qui a connu sa phase sportive il y a quelques jours. Mais dans cette quête d’inscrire leurs noms dans les listes des militaires béninois, plusieurs jeunes se retrouvent face à plusieurs réalités. Au-delà des morts déplorés dans plusieurs départements du Bénin, il faut signaler qu’également, plusieurs candidats coureurs ont perdu connaissance et d’autres, la raison après les 8 km de course.

Ayant au préalable pris des produits afin de bien courir, ces futurs miliaires se retrouvent finalement face à un surmenage et obligés de commencer à se comporter comme des « fous ». L’objectif de ces jeunes candidats, étant d’user de tous les moyens possibles pour réussir à cet examen d’entrée dans l’armée béninoise, est un couteau à double tranchant qui lors des dernières courses n’a pas arrangé plusieurs de ces aspirants à l’effectif des Forces Armées Béninoises (FAB). D’après nos informations, plusieurs d’entre eux ont fait recours aux potions dites magiques, des liquides pour se doper et avoir une bonne physique.

Même si nos sources indiquent que plusieurs ont été découverts et renversés sur demande des forces de défense qui étaient sur les lieux de la course, certains avaient avalé ces liquides depuis la maison en espérant sortir la tête haute après les courses pour prendre le prochain rendez-vous avec la visite médicale et l’armée béninoise.

Surmenage et début de folie pour certains

La consommation de ces produits n’a pas aidé la plupart des candidats qui en ont fait une assurance pour réussir à ce concours. Dans plusieurs centre-villes, des candidats ont été victimes de surmenage et d’un début de folie. Il suffisait de courir plus vite, d’atteindre la barrière des 8 km, pour aussitôt commencer à raconter des histoires qui ne tiennent pas la route, déraisonner et pour d’autres, presenter un début de problèmes mentaux. Mais en quoi consiste la prise de ces substances chimiques dans la préparation d’un concours de telle envergure ? De plus en plus, les jeunes ont-ils perdu le sens du travail ? Sinon comment observer que des jeunes pour un concours si sérieux soient munis de bidon et de bouteilles comportant des substances douteuses afin de boire et d’avoir la force de réussir à ce test national qui permettra de recruter 5000 jeunes dans l’armée.

Banniere carrée

Ce sont parmi tant d’autres des situations qui permettent d’analyser et de confirmer que de plus en plus la jeunesse est en quête de facilité et de stratégies peu recommandées pour atteindre leurs différents objectifs. Des stratégies qui sur toute la ligne ne sont pas sans conséquences sur la santé. De même, un problème d’éducation se pose.

Nécessité de rééduquer la jeunesse

La jeunesse béninoise aujourd’hui a besoin d’être mieux éduquée. Les exemples de ces derniers jours permettent de conclure que les jeunes ne veulent plus fournir ni faire les sacrifices qu’il faut pour atteindre leurs objectifs. Dans ce recours aux produits aphrodisiaques pour avoir la force physique à l’issue de ce concours de recrutement, il faut dire que cela est l’une des preuves que le sérieux et le travail acharné ont été mis de côté au profit de la paresse.

L’on se rappelle également du jeune qui a été surpris en train de tricher, remorqué par un conducteur de Taxi-moto communément appelé « Zémidjan  » à Allada lors du concours. Par ailleurs, les parents ont une grande responsabilité à jouer en apprenant aux jeunes que la réussite est toujours au bout de l’effort. Il est aussi crucial pour ces jeunes de continuer à travailler en évitant de faire confiance à ces produits qui les rend fous et les tuent à petit feu.

Ulrich ZINSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!