Après leur nomination : les membres du Conseil artistique de l’ADAC installés

0 53

L’Agence de Développement des Arts et de la Culture (ADAC) se dote sereinement de ses organes compétents pour mieux accomplir ses missions. Son Conseil artistique a été officiellement installé ce jeudi 20 juillet 2023, à la faveur d’une séance tenue à Cotonou, entre le Ministre du tourisme, de la culture et des arts, M. Babalola Jean-Michel ABIMBOLA, et les onze (11) membres dudit Conseil en présence du Directeur général.

Créée par décret pris en Conseil des ministres, la nouvelle structure telle que présentée par le Ministre ABIMBOLA, a pour mission de promouvoir l’économie culturelle et artistique dans les disciplines des arts visuels (y compris le cinéma), des arts de la scène, du livre et de la lecture. Mieux, son action permet d’enclencher de façon efficace et efficiente l’éclosion d’une économie culturelle créatrice de richesse et d’emplois et de mettre résolument les arts et la culture au rythme de l’ultime étape de mise en tourisme de la Destination. Placée sous la tutelle du Ministère en charge de la culture, l’ADAC couvre la production et la promotion artistique et culturelle, l’appui technique et financier aux artistes et la coopération internationale et le développement partenarial. Elle est dotée d’un Conseil d’administration, d’un Conseil artistique et d’une Direction générale.

De la présentation du Directeur général, M William CODJO, le Conseil artistique de l’ADAC encore appelé organe scientifique, est compétent sur les questions artistiques. De ce fait, il est qualifié entre autres pour « conseiller le Conseil d’administration et le Directeur général sur les questions relatives à son champ de compétence et de donner son avis, après évaluation technique des projets artistiques et culturels soumis à l’Agence pour accompagnement ».

Ses membres nommés par décret pris en Conseil des Ministres, sur proposition du Ministre chargé de la culture, sont des personnalités ayant une expérience avérée dans leurs champs de compétence et mettent gracieusement leurs arts, leurs connaissances artistiques, leurs savoir-faire et leurs relationnels techniques à la disposition de l’agence, pendant une période de trois (03) ans renouvelables.

Après la présentation des onze (11) conseillers artistiques de la structure, le Président du Conseil artistique, M. Florent COUAO-ZOTTI a remercié le chef de l’Etat et le Ministre de de tutelle pour la confiance placée en eux, avant d’énumérer les quatre niveaux de responsabilités qui leur incombent désormais pour le développement et le rayonnement de la culture béninoise.

Banniere carrée

Quid du nouveau mécanisme de financement des projets culturels et artistiques

Profitant de l’occasion, le Ministre du tourisme, de la culture et des arts a rassuré l’opinion publique quant à la dynamique du Gouvernement qui, sans perdre le temps, a aussitôt mis l’ADAC à œuvre notamment sur les chantiers de grandes portées. Il s’agit à en croire le Ministre ABIMBOLA, de dynamiser la chaîne des valeurs (Création, Production, Industries techniques, Distribution, Diffusion) ; de développer les actions de valorisation du potentiel à travers la Biennale de Venise, l’itinérance du volet contemporain de l’exposition diptyque et de mettre en œuvre le Projet de création du Quartier Culturel et Créatif (QCC) de Cotonou.

Sur la question du mécanisme de financement des projets culturels et artistiques tel que mis en place au niveau de l’ex Fonds des arts et de la culture (FAC), l’autorité ministérielle a fait remarquer qu’à l’instar du tourisme, la culture et les arts ont connu une restructuration pour plus d’efficacité et d’efficience dans la conduite de Programme d’actions du Gouvernement. Ainsi, avec l’avènement de l’Agence de développement des arts et de la culture, le financement des projets artistiques et culturels à travers un Guichet, suivra un processus minutieux impliquant les différents organes de l’Agence. Il a expliqué qu’il ne s’agira plus d’un financement à fonds perdu. Le Gouvernement est déterminé à faire en sorte que cela puisse créer des emplois, impacter le PIB afin que les arts et la culture deviennent une véritable source de richesse pour un pays comme le Bénin.

« Il ne s’agit pas d’un guichet qui va distribuer de l’argent. Mais nous devons faire en sorte que nous puissions atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement. » a-t-il martelé face aux nouveaux Conseillers désormais appelés à donner leur avis, après évaluation technique des projets artistiques et culturels soumis à l’Agence pour accompagnement.

PFCom/MTCA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!