Cinématographie : ‘’America street’’, un film de Idrissou Mora-Kpai qui illustre le racisme systémique aux USA

0 40

Le réalisateur béninois vivant aux États-Unis, Idrissou Mora-Kpai a profité de son bref séjour au pays pour présenter son dernier film intitulé ‘’America street’’ à la presse. C’était le mercredi 26 juillet à l’hôtel du Lac à Cotonou au détour d’une causerie.

Le cinéaste béninois Idrissou Mora-Kpai a sorti en 2019, un film intitulé ‘’America street” Mais compte tenu de son agenda bien chargé, il n’a pas pu le présenter à la presse jusque-là. Ce qui a été fait le mercredi dernier à Cotonou à l’occasion d’une causerie à cœur ouvert avec des professionnels des médias.
‘’America street’’ est un long métrage de 74 minutes tourné à Charleston en Caroline du Sud aux États-Unis. C’est un film documentaire qui aborde la problématique du racisme systémique aux USA. L’œuvre présente le triste tableau des souvenirs amers, les rêves brisés et la colère sourde de Joe Watson (personnage principal), un épicier de quartier. Son magasin se transforme au gré de son témoignage et celui de ses clients, en chambre d’enregistrement de la mémoire d’une communauté noire remplie de colère contre les institutions gangrénées par le ségrégationnisme et la haine raciale. ‘’America street’’ met en exergue le racisme systémique et sensibilise la communauté noire. « Mon film parle de beaucoup de choses. Les crimes, la haine, l’injustice subie par les Afro-Américains à cause de leur couleur de peau. Il y a plus de criminels noirs que de criminels blancs. C’est des choses sur lesquelles il faut informer et sensibiliser. J’ai pensé que ce film peut éclairer un peu les têtes. Je veux que les Africains en particulier mes compatriotes regardent ce film qui révèle l’identité des Afro-Américains », a-t-il laissé entendre. Vivant au pays de l’oncle SAM depuis plusieurs années et bien connu de par ses œuvres, Idrissou Mora-Kpai est très préoccupé par les conditions de vie et de travail des noirs Américains qui selon lui, n’ont pas de choix et doivent subir.
La mort de Georges Floyd tué par un policier montré en vidéo il y a quelques années en arrière, et ayant donné naissance au mouvement ‘’Black Lives Matter’’ est une illustration parfaite des discriminations dont les Afro-Américains sont souvent victimes. ‘’America street’’ vient aux dires de l’auteur, éveiller les consciences.
Rappelons qu’avant d’être présentée à la presse ce mercredi, l’œuvre du réalisateur béninois a été projetée la veille à l’institut français de Cotonou. Une projection suivie de discussion à bâtons rompus avec le public invité pour la circonstance.

Banniere carrée

Idrissou Mora-Kpai, cinéaste d’œuvres à succès

Le natif de Béroubouay dans la commune de Bembéréké n’est pas à sa première œuvre. Il a déjà réalisé d’autres films qui ont connu du succès et qui continuent de faire parler d’eux au Bénin et ailleurs dans le monde. Parmi eux, on peut citer ‘’Si-Gueriki la reine mère’’; ‘’Indochine, sur les traces d’une mère’’, ‘’Arlit, deuxième Paris’’ qui parle d’une mine d’uranium au Niger, espoir des Africains. Actuellement, il travaille sur plusieurs autres projets, dont celui de la réalisation d’une œuvre sur la cohabitation entre béninois et nigérian à la frontière de Sèmè-Kraké. Parti du Bénin à l’âge de 19 ans, Idrissou Mora-Kpai, par ailleurs professeur assistant dans une université des États-Unis d’Amérique, a connu un parcours atypique qui l’a également conduit en Allemagne et en France. À suivre.

L.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!