Budget gestion 2024 de l’Assemblée nationale : 24. 788. 969. 569 FCFA adopté en procédure d’urgence

0 166

L’Assemblée nationale du Bénin a adopté en sa séance de ce lundi 2 octobre 2023 son budget gestion 2024 qui s’élève à 24.788.969.569 F CFA. Ceci, par 71 voix pour et 28 voix contre. C’était à la faveur de la 3ème session extraordinaire de l’année 2023

L’examen dudit budget en procédure d’urgence a été demandé par 16 députés. Soumise au vote, ladite procédure a été acceptée par 72 députés. Les députés du groupe parlementaire “Les Démocrates” l’ont rejeté. Selon les explications apportées par le Président Louis Vlavonou, le budget de l’Assemblée nationale du Bénin pour la gestion 2024 est en nette régression par rapport à celui de 2023 qui s’élevait à 25.055.356.369 F CFA.

Le document qui a été présenté aux députés fait le point de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2023. A la date du 30 septembre 2023, l’exécution dudit budget se chiffre à 18.305.892.425 F CFA, base engagement.

Banniere carrée

Dans leurs interventions, la plupart des députés, à l’exception de ceux de l’opposition ont salué la clarté du document qui a été présenté. Les députés Nicaise Fagnon, Réginal Koumagbèafidé, Koussonda Adjibadé, Casimir Sossou et Assan Seybou ont tous salué l’effort qui a été fait par le Président Louis Vlavonou dans la gestion du budget de l’Assemblée nationale du Bénin au cours de l’année 2023. Ils ont mis l’accent sur la rigueur qui a gouverné l’exécution dudit budget et la qualité des dépenses effectuées.

Pour ce qui est des prévisions budgétaires de 2024, ils ont surtout mis l’accent sur le renforcement de la ligne budgétaire relative au contrôle de l’action gouvernementale, à la promotion de la femme et autres. « Ce budget n’est pas un budget imposé comme un diktat. C’est nous mêmes qui avons fait les documents qui ont permis d’élaborer ce budget que nous vous avons présenté », a rassuré le Président Louis Vlavonou. Pour lui, ce budget ne peut pas s’élaborer sans tenir compte des critères de convergence et de la lettre de cadrage.

« Nous sommes tout juste conscients de notre situation de pays en émergence. Le pouvoir exécutif ne nous impose rien », a martelé le Président Louis Gbèhounou Vlavonou qui n’a pas manqué de rappeler chaque député à sa responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!