Modernisation de la justice au Bénin : le gouvernement s’engage pour une administration judiciaire plus efficace

0 137

Comme annoncé, le colloque scientifique sur la justice béninoise s’est ouvert ce jeudi 5 octobre 2023 au palais des congrès de Cotonou. C’est à travers une cérémonie protocolaire circonstancielle que le top départ des travaux a été donné par le Ministère de la Justice et de la Législation. Ceci, en présence des présidents d’institutions de la République et des acteurs à divers niveaux de l’appareil judiciaire.

«Modernisation de la justice : regards et perspectives». C’est le thème du colloque ouvert ce jeudi à Cotonou. Il marque également la rentrée judiciaire 2023-2024. Prennent part à ces assises des présidents de tribunaux, les procureurs, magistrats, juges de différentes juridictions, avocats, huissiers, notaires, commissaires-priseurs, représentants d’institutions internationales, des partenaires et des acteurs de la société civile.Dans son discours de bienvenue aux participants, William Kodjoh-Kpakpassou, a rappelé les objectifs du colloque. «Le Garde des Sceaux a pensé autrement la rentrée judiciaire. Il a voulu une rentrée globale et scientifique. Une rencontre de tous les acteurs de la justice. Pour que nous présentions ce que nous faisons habituellement et que nous puissions également écouter les bénéficiaires de la justice et prendre en compte leurs préoccupations. Tout cela doit être décliné en plan d’action que le Garde des Sceaux va mettre en œuvre», a fait savoir.

Banniere carrée

En procédant à l’ouverture officielle des travaux du colloque, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation a indiqué que le destin d’une nation est indissolublement lié à la qualité de son système judiciaire, parce qu’il est le garant ultime des droits et des libertés des citoyens, il veille à ce que nul ne soit lésé, que nul ne soit opprimé sans raison. L’autorité ministérielle indique que c’est dans cette dynamique que le gouvernement du président Patrice Talon a engagé depuis 2016 de nombreuses actions dans le secteur de la justice. «Elles visent la consolidation de l’arsenal législatif, la mise en œuvre du double degré de juridiction en matière criminelle, la création de l’école de formation des professions judiciaires, l’extension de la carte judiciaire, la mise en œuvre de services en ligne», a laissé entendre Yvon Détchénou.

Toujours dans sa politique de redorer le blason de la maison justice au Bénin, le gouvernement a entrepris des réformes qui ont conduit à la création de nouvelles juridictions telles que : la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) et la Cour Spéciale des affaires foncières. Il importe de mentionner qu’avant l’intervention du Garde des Sceaux, les participants ont eu droit à une conférence inaugurale animée par Joseph Djogbénou sur le thème du colloque. Dans sa communication, l’ancien président de la Cour Constitutionnelle a évoqué une double exigence dans la modernisation de la justice béninoise.

«La première exigence c’est la définition d’une politique de modernisation avec un regard sur l’avenir, se donner les moyens avec des échéances. La deuxième exigence, c’est la définition d’un programme de modernisation. Il est peut-être important de se doter d’une loi de programmation judiciaire», a-t-il suggéré.

L.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!