Démission du ministre des SportsTalon-Homéky : les raisons du clash entre père et fils

0 155

Vendredi 6 octobre 2023. Le cœur du pouvoir d’État est projeté au-devant de l’actualité par une démission. Le ministre des Sports, Oswald Homéky venait de rendre le tablier. À l’ère du numérique, la nouvelle de ce départ voyage à une vitesse de croisière et prend tout le monde de court. Si un remerciement ou un limogeage ou un remaniement se susurrait depuis peu, dans les allées de la ”Rupture”, beaucoup n’avaient même pas vu venir cette démission. Les interrogations de la presse adressées à certains hauts dignitaires du régime étaient restées sans réponses. « Nous suivons de près la situation », lancent beaucoup d’élus et cadres au sein de la mouvance présidentielle. Principe de précaution et de prudence ? Assurément. Loin du gouvernement, il était peu probable que ces interlocuteurs de la presse, quand bien même ils sont de la mouvance, puissent avoir réponse à tout. Les premières heures d’après la démission confirmée par les voix autorisées du palais de la présidence, certains médias ont tenté des essais d’explications : « Le ministre des Sports a présenté sa démission au chef de l’État qui en a pris acte. La veille, soit le jeudi 5 octobre 2023, le Président de la République aurait rappelé à l’ordre son ministre des Sports dans un dossier ». Ici encore, les réponses sont restées évasives sans grandes précisions. Le peuple s’est contenté des bribes d’informations. Dans ce flou, une passation expresse de service hors micro a eu lieu dans la même soirée du vendredi entre le ministre démissionnaire et son successeur intérimaire désigné par le Chef de l’État. Ces dernières 72 heures, la toile a été plus que jamais rythmée par des propos attribués à l’ex-ministre des Sports Oswald Homéky. Des affirmations aux interprétations tantôt conciliantes, tantôt sévères, chacun y est allé du sien sur des bords opposés. Entre l’incrédulité, la croyance, les aveux et les démentis, producteurs de contenus et consommateurs se sont mélangé les pinceaux dans ce dossier de démission ministérielle.

Un clash de trop

La démission du ministre en charge des Sports a-t-elle réellement pris de court tout le monde ? Non! Cela fait un moment que le jeune ministre des Sports et le Chef de l’État sont en froid. Selon nos sources bien informées qui se confient sous couvert de l’anonymat, la démission de Oswald Homéky est consécutive à un clash en conseil des ministres le jeudi 5 octobre 2023. La tension était à son comble, précisent nos sources évoquant la mine et la voix grave du Président de la République dès son entrée dans la salle du conseil des ministres. Le ”patron” avait des comptes à régler avec celui qui a statut de fils au sein de son gouvernement. Le ministre des Sports Oswald Homéky ne s’imaginait pas les moments embarrassants que lui ferait passer le Chef de l’État. Selon nos sources, le jeune ministre des Sports Oswald Homéky ”a été mis debout devant tous ses collègues ministres” avant d’être ”chargé correctement” par le Chef de l’État qui employait un ton grave. « Je sais que tu fais la tête dure, mais à moindres peccadilles, je t’assure que je vais t’humilier », aurait lancé le Président, très en colère, au ministre Oswald Homéky. Nos sources qui rapportent ces propos renseignent aussi que le jeune ministre a perdu la confiance du Chef de l’État pour plusieurs raisons. Nos sources bien introduites partagent au moins deux raisons avec notre équipe d’investigation. La première serait liée au rapprochement du ministre Oswald Homéky avec le parti d’opposition Les Démocrates. Le désormais ex-ministre des Sports aurait pris des libertés pour sortir de la mouvance. « Il aurait fait des promesses aux leaders du parti Les Démocrates. Son projet est de rejoindre le parti Les Démocrates. Il veut jouer son destin politique en se ralliant à l’opposition », rapportent nos sources qui informent qu’il s’agit là, d’un acte « d’ingratitude et de trahison » mal vécu par le Président de la République Patrice Talon. La deuxième raison qui alimente les désaccords entre Oswald Homéky et Patrice Talon est liée à l’alternance au pouvoir en 2026. On le sait, Patrice Talon quittera le pouvoir au terme de son second quinquennat en 2026. Au sein du gouvernement, Patrice Talon ne veut pas entendre parler de la politique politicienne en rapport avec sa succession. Le président préoccupé par la réussite du Programme d’actions du gouvernement (Pag2) ne veut laisser aucune place à la distraction. Nos sources informent que les récentes déclarations de suscitation de candidature ou de soutien à une possible candidature de Olivier Boko passent mal auprès du Chef de l’État. Selon nos sources, Olivier Boko ne reconnaît pas avoir commis le ministre Oswald Homéky à des fins de suscitation de sa candidature. Avec ce désengagement de Olivier Boko, le Président de la République a encore plus été irrité par les déclarations d’appel à candidature attribuées au ministre des Sports. Visiblement, Oswald Homéky marquerait le pas hors des lignes tracées par le Président de la République. Patrice Talon n’a d’ailleurs pas hésité à lui passer un savon en conseil des ministres. Le fils a tout eu du père. Nos sources informent que le Président l’a d’ailleurs rappelé au ministre des Sports. Oswald Homéky est vu comme le fils politique du chef de l’État. Celui-ci n’a d’ailleurs pas hésité à le mettre à la tête du ministère des Sports pendant plus de 7 ans. Quand le ton monte entre deux acteurs liés par des relations d’autorité et de hiérarchie, des vérités pures exprimées sous un certain ton peuvent être aussi mal reçues. Il s’agit d’un principe de communication. Mais le Président, en colère, voulait-il peut-être mettre au pas tous les ministres qui seraient tentés par le marché des appels à candidatures de tel ou de tel ? En choisissant l’option d’un rappel à l’ordre public et ”à charge”, le Président voulait-il peut-être réaffirmer son autorité et rappeler à tous ses collaborateurs, une fois pour de bon, le code de conduite ? Dans l’un ou l’autre des cas, l’approche du Président de la République n’a pas du tout plu au ministre des Sports. Dans la maison familiale, certains enfants supportent difficilement les reproches publics. Surtout quand ces enfants ont atteint l’âge adulte, leur estime personnelle qui cache parfois l’ego fait qu’ils craquent très vite même pour des remontrances sèches faites par leurs parents devant leurs auteurs frères et sœurs. Ces enfants auraient souhaité plus d’égards avec des reproches en privé pour ne pas vivre les critiques publiques comme une humiliation. C’est probablement le cas du ministre des Sports Oswald Homéky qui a succombé à une crise de nerfs après le ton grave de Patrice Talon. La démission du ministre Oswald Homéky serait donc une conséquence des relations froides qu’il a eues ces derniers mois avec le Président de la République. Pour les plus proches du pouvoir qui avaient connaissance de ces relations glaciales, la démission du ministre Oswald Homéky ne peut être une surprise. Le Président de la République qui aurait promis “humilier” son ministre des Sports à la moindre incartade s’attendait peut-être aussi à cette démission. La preuve, la lettre de démission transmise, le Chef de l’État en a pris acte et Patrice Talon a automatiquement nommé un intérimaire avec une passation de services dans la même soirée de la démission. Selon nos sources, la réconciliation entre le ministre Oswald Homéky et Patrice Talon est presque impossible. À cet effet, une exclusion du ministre démissionnaire de son parti serait en vue. « D’ici la semaine prochaine, Homéky pourrait être exclu de son parti Union Progressiste le renouveau », soutiennent nos sources. Vraisemblablement, cette démission du ministre Oswald Homéky aura aussi des conséquences politiques. Les responsables du parti UP Le Renouveau vont se pencher sur cette exclusion du ministre Oswald Homéky des instances du parti cette semaine ou les semaines à venir. Nous reviendrons sur d’autres pans de cette actualité complexe de démission prochainement.

Banniere carrée

La succession de Homéky et le remaniement

Oswald Homéky a démissionné. C’est un fait. Mais l’État est une continuité et le Chef de l’État se doit d’assurer un bon fonctionnement de tous les départements ministériels. À peine la page Homéky fermée au ministère des Sports que des prétendants s’annoncent déjà. Selon nos sources, ils sont actuellement trois (3), ces prétendants qui caressent le rêve de s’asseoir dans le fauteuil ministériel devenu vacant. Sur les trois noms parvenus à notre rédaction et que nous taisons par choix, seulement une personne est très connue des milieux politiques. Les deux autres prétendants originaires du Couffo ne sont pas trop connus dans le gotha politique. Nous révèlerons les trois noms dans nos prochaines publications. Par ailleurs, cette démission ouvrira la voie à un remaniement ministériel. En août, Le Potentiel avait annoncé la probabilité d’un remaniement ministériel au retour des congés gouvernementaux. Avec cette démission de Oswald Homéky, le Président Patrice Talon profitera pour pourvoir au poste vacant et remercier d’autres ministres. Tous les autres sièges sont désormais en sursis. Qui partira, qui restera, qui entrera ? Des questions auxquelles seul Patrice Talon a des réponses. À suivre…

Brivaël Klokpê Sogbovi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!