Diplomatie russe en 2023 en Afrique et dans le monde : l’Ambassadeur Igor EVDOKIMOV dresse le bilan

0 944

La Fédération de Russie a été prolifique en activités à travers le monde en 2023. Le champ d’intervention russe a été large et riche. S.E.M. Igor Evdokimov, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Fédération de Russie en République du Bénin et en République Togolaise (non-résident) a, à l’occasion d’un entretien accordé à notre rédaction, fait le bilan de toutes ces activités. A l’en croire, le service diplomatique russe a poursuivi une politique étrangère déterminée par le président Vladimir Poutine dans une situation de confrontation accrue avec l’Occident collectif. Avec l’Afrique et autre continent, l’engagement a été le même. Lire l’entretien ci-dessous.

Journaliste : Votre Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la Fédération de Russie près le Bénin, dites-nous quel est le bilan d’activité de la diplomatie russe en 2023?

Ambassadeur Igor EVDOKIMOV: L’année dernière, le service diplomatique russe a poursuivi une politique étrangère déterminée par le président Vladimir Poutine dans une situation de confrontation accrue avec l’Occident collectif. Les principaux objectifs étaient d’apporter un soutien politique et diplomatique à l’opération militaire spéciale en Ukraine et d’étendre la coopération avec les pays et les associations qui constituent la majorité mondiale.
Une étape importante en 2023 a été l’adoption du Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie dans sa nouvelle édition radicalement révisée, basée sur les réalités du monde contemporain. Ce document exprime la volonté de promouvoir la formation d’un système international plus juste et plus durable, fondé sur les principes du droit international et de la coopération entre les États.
En ce qui concerne les relations russo-africaines, l’année 2023 se caractérisait par un dynamisme élevé des contacts bilatéraux. Le deuxième sommet Russie-Afrique, qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg en juillet a marqué l’aboutissement des efforts de collaboration visant à renforcer considérablement les liens dans ce domaine prometteur de la politique étrangère de la Russie. Les accords conclus au plus haut niveau fixent les priorités de la coopération à long terme avec les pays et associations africains.

Pourriez-vous résumer les résultats du deuxième sommet Russie-Afrique.

Banniere carrée

Le deuxième sommet Russie-Afrique, qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg en juillet, a confirmé l’engagement ferme de Moscou et des pays africains en faveur de la coopération et de l’élargissement du cadre de partenariat. Il a également révélé l’existence de la vision commune du monde qui est à la base de notre coopération, sous la forme de valeurs spirituelles et morales traditionnelles.
Malgré l’énorme pression exercée par l’Occident, 48 délégations officielles et des représentants des 5 principales associations d’intégration régionale ont participé à la réunion. En outre, 27 pays du continent étaient représentés au niveau des chefs d’État et de gouvernement. Ces chiffres montrent de manière irréfutable que la politique étrangère indépendante de notre pays est comprise par les pays en développement et que les efforts des États-Unis et de leurs alliés visant à isoler la Russie sur la scène internationale ont échoué.
Le sommet a ouvert des perspectives de renforcement de la coopération russo-africaine dans de nombreux domaines. Cela concerne en particulier les investissements, l’intégration économique régionale, l’agriculture, l’énergie, la construction d’infrastructures, l’exploitation des ressources du sous-sol, les technologies de l’information et de la communication, les soins de santé et l’éducation.

Excellence Monsieur l’Ambassadeur, quels sont les domaines privilégiés de la coopération russo-africaine?

Le vecteur principal de notre coopération avec l’Afrique repose sur l’aide au renforcement de la souveraineté politique, économique et technologique de nos partenaires. Nous sommes prêts à partager notre expérience avec nos amis africains afin d’améliorer la durabilité et la compétitivité de leurs systèmes d’administration publique, de leur assurer la sécurité alimentaire et de réaliser les priorités nationales dans le domaine du développement socio-économique.
La Russie reste un fournisseur fiable de ressources énergétiques, de denrées alimentaires, d’engrais et de médicaments en Afrique. L’un des domaines de coopération les plus recherchés est la prestation d’une aide humanitaire aux États les plus nécessiteux de la région. Nous accordons traditionnellement une attention particulière à la formation du personnel. Près de 35.000 étudiants africains suivent leurs études dans les universités russes, et ce nombre augmente chaque année. Par exemple, pour l’année académique 2024-2025, le Gouvernement de la Fédération de Russie a accordé au Bénin 150 bourses d’État, alors que pour l’année 2023-2024 le chiffre était de 110.
La Russie est perçue en Afrique comme un partenaire fiable quant à sa contribution au maintien de la stabilité militaire et politique, à la résolution des conflits régionaux et à la lutte contre le terrorisme, les délits liés à la drogue et d’autres menaces et défis à caractère transfrontalier.

Parlez-nous de l’évolution des relations entre la Russie et les pays occidentaux en 2023.

Dans ses relations avec les États inamicaux, la Russie a poursuivi une politique de principe visant à créer des conditions favorables pour qu’ils abandonnent leur politique hostile. Pour ce faire, la Russie a pris des mesures pour démystifier le concept d’un “ordre international fondé sur des règles” promu par les États-Unis et l’Union européenne. À l’ONU, à l’OSCE et dans d’autres enceintes multilatérales, la Russie a plaidé en faveur du développement pacifique de tous les États sur la base des principes d’égalité souveraine et de sécurité indivisible. La Russie a efficacement contrecarré les plans visant à l’isoler sur la scène internationale, tout en maintenant des possibilités de dialogue et de coopération pragmatique avec l’Occident sur la base de l’égalité et du respect des intérêts de chacun.
En général, l’année écoulée a montré un rejet par la majorité mondiale des pratiques traditionnelles de l’hégémon occidental, qui sont entièrement basées sur leurs propres intérêts égoïstes et ne tiennent pas compte des opinions des autres. De nouveaux centres de croissance économique, de pouvoir financier et d’influence politique émergent et sont déjà devenus forts, bien en avance dans leur développement sur les États-Unis et d’autres pays occidentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!